Voyagez dans le temps au château de Châteaudun.
Site du château de Châteaudun Acheter sélection château de la loire Acheter sélection Châteaudun

Voyagez dans le temps au château de Châteaudun.

Châteaudun

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Premier château de la Vallée de La Loire, dominant le Loir sur son promontoire rocheux, entremêlant l’architecture médiévale, gothique et Renaissance ; le château de Châteaudun est une première étape incontournable de la route des châteaux de la Loire.

Une situation géographique

Cet emplacement idéal, de par sa configuration naturelle d’éperon rocheux surplombant le Loir de plus de 60 m, aux limites de la Beauce, dans une position stratégique dominant toute la vallée ; a sacralisé, de tout temps, le caractère de demeure fortifiée du lieu.

Une histoire tumultueuse

Tout d’abord, dans la Gaule d’avant la présence romaine, on retrouve la trace de pagus dunensis (pays dunois représentant la limite Est du territoire des Carnutes), équipés d’oppidum dunense (fortification de protection contre les invasions).

L’évêque Grégoire de Tours mentionne l’existence d’un Dunum Castrum (forteresse de Châteaudun), administré par une sorte de comte de Dunois, dès 584.

Thibaud 1er, dit le Tricheur, comte de Tours, de Chartres et de Blois, reconstruit la forteresse vers 935, alors que celle-ci avait été rasée par les Normands en 911.

Thibaut V, dit le Bon, y ajoutera un imposant donjon, autour de 1180.

Au XIVe siècle, le château entre dans la maison d’Orléans et, en 1439, Charles d’Orléans en fait don à son demi-frère, Jean de Dunois, pour le récompenser de l’avoir libéré des Anglais.

Jean de Dunois, dit le bâtard d’Orléans, est le fils naturel de Louis Ier d’Orléans. Il s’illustre en tant que fidèle compagnon d’armes de Jeanne d’Arc et entreprend, dès 1452, de transformer le château en y ajoutant une sainte chapelle et un corps de logis de style gothique.

Ses descendants, les ducs de Longueville, poursuivront son œuvre ; ajoutant l’aile nord avec son imposant escalier au début du XVe siècle, jusqu’à l’extinction de leur duché, à la mort de Jean Louis Charles d’Orléans-Longueville, en 1694.

Le château revient ensuite aux ducs de Luynes et sert de refuge aux habitants de Châteaudun après l’incendie qui ravage la ville en 1723.

Saccagé, il subira de nombreux dommages pendant la Révolution française et sera transformé en caserne.

Mis à sac par les Prussiens en 1815, il faut attendre 1866, pour que le duc Théodoric de Luynes y lance les premières restaurations, avant qu’il ne soit de nouveau endommagé par les Prussiens durant la bataille de Châteaudun en 1870.

Il est racheté par l’État et restauré par l’architecte Jean Trouvelot, en 1938, subissant un dernier outrage en 1944, avec l’explosion du pont Saint-Médard ; heureusement sans graves conséquences.

Une évolution

Dès la fin du Moyen Âge, le château fort se transforme en une demeure confortable : l’habitation prenant le pas sur la défense.

Quatre siècles d’histoire et d’architecture se succèdent ainsi : un donjon médiéval caractéristique de l’architecture militaire du XIIe siècle, d’immenses cuisines voûtées d’ogives, un jardin suspendu d’inspiration médiévale, une Sainte-Chapelle gothique, ainsi que l’aile Dunois, un appartement des bains (ancêtre de nos saunas), l’aile Longueville marquant la transition entre l’art gothique et la Première Renaissance, le grand escalier purement Renaissance, une salle de tribunal d’Ancien Régime au décor XVIIe et de nombreux graffitis du temps où le lieu fut transformé en prison.

Un monument qui gagne à être connu

Jean de Dunois ayant été un fin collectionneur, notamment de tapisseries ; le château renferme une collection française et flamande des XVIe et XVIIe siècles.

Les riches tentures de l’Histoire de Moïse (1545-1548), de l’Histoire de Gédéon (deuxième moitié du XVIe siècle), de l’Histoire de l’Ancien Testament (1640-1650) et de l’Histoire de Tancrède et Clorinde (deuxième moitié du XVIIe siècle).

Les salles Renaissances hébergent de régulières expositions et ce château unique mérite bien mieux que les 22 000 visiteurs qu’il accueille annuellement.

À bon entendeur, salut !

Rosa Tandjaoui.

Notre note
chateau chateaudun photo vue aerienne chateaudun chateau façade photo de face chateau chateaudun photo vue aerienne chateau chateaudun photo vue du loir chateau chateaudun photo chateau chateaudun photo

Château de Châteaudun

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor