Le télescope James-Webb remonte le temps.
Les télescopes sur Amazon L'astronomie sur Amazon L'espace sur Amazon L'univers sur Amazon Le Big Bang sur Amazon

Le télescope James-Webb remonte le temps.

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Les images dévoilées par la NASA nous offrent une représentation plus nette et plus profonde du Cosmos, ainsi que l’image la plus ancienne des galaxies formées peu après le Big Bang, il y a plus de 13 milliards d’années.

Une collaboration internationale

Le télescope James-Webb est le fruit d’un partenariat entre la NASA, l’Agence spatiale européenne (ESA), le Centre national d’études spatiales (CNES) et l’Agence spatiale canadienne (ASC), conçu pour assurer la relève du mythique Hubble.

Lancé par une fusée Ariane 5 le 25 décembre 2021, il s’est placé en orbite héliocentrique, à 1,5 million de kilomètres de la Terre dans la direction opposée au Soleil.

Des prouesses technologiques

James-Webb voit ce que Hubble ne peut voir ; à travers les nuages de poussière et de gaz, présents dans le milieu interstellaire, grâce aux infrarouges.

Il voit également plus nettement et plus loin, grâce à son miroir de 6,5 m, contre 2,5 m pour Hubble.

Un voyage dans le temps

Il faut bien comprendre qu’en astronomie ; plus on voit loin, plus on remonte le temps.

Pour l’expliquer, il suffit de se rappeler que la vitesse de la lumière est de 299 792 km/s.

Il faut donc 449 secondes à la lumière du soleil pour atteindre la terre, soit un peu plus de 7 minutes.

Lorsque nous regardons le soleil, nous le voyons donc tel qu’il était il y a plus de 7 minutes.

Ainsi, les images de James-Webb pourraient nous monter des galaxies dont la lumière a été émise il y a plus de 13,5 milliards d’années.

Résoudre les mystères de notre système solaire et au-delà

Le champ des possibles offert par James-Webb est immense, bien au-delà des origines des premières étoiles et des premières galaxies ou de l’observation d’exoplanètes. Il interroge nos origines, notre place dans l’univers et la fameuse question : sommes-nous seuls dans l’univers ?

Pour que l’astronomie continue à nous faire rêver, ces clichés ne doivent pas rester l’apanage des scientifiques et des chercheurs.

Le grand public doit s’en emparer, car ils peuvent être un puissant levier d’élévation et de dépassement des individus, ainsi qu’un outil de renforcement du sentiment d’humanité commune.

Une réflexion extrêmement salutaire en ces temps de crise écologique et économique, de menaces de guerres et de risques liés aux pandémies.

Rosa Tandjaoui.

Notre note
telescope james webb image photo nasa telescope james webb image photo nasa telescope james webb image photo nasa telescope james webb image photo nasa telescope james webb image photo nasa telescope james webb image photo nasa

Les premières images du JWST analysées | Conférence de l’observatoire de Lyon

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor