(Re)découvrez Edvard Munch au Musée d’Orsay ! 
Billetterie Muée d'Orsay Réserver un hôtel Evard Munch Expressionnisme

(Re)découvrez Edvard Munch au Musée d’Orsay ! 

Paris

Marion Leonetti - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Le musée d’Orsay consacre à Edvard Munch une exposition d’ampleur, du 20 septembre 2022 au 22 janvier 2023. Ce peintre norvégien, pionnier de l’art moderne et figure de l’expressionnisme, est surtout connu pour l’iconique Le Cri (1893). 

Une enfance tragique 

Edvard Munch naît le 12 décembre 1863 à Loïten, en Norvège. Sa mère, Laura Bjøllstad, est une femme au foyer à la santé fragile, tandis que son père, Christian, est un médecin militaire aux revenus modestes, de 20 ans son ainé. 

Il est régulièrement atteint de bronchites chroniques, car de constitution fragile. Ainsi, son enfance est marquée par la maladie : 

  • Sa mère meurt alors qu’il n’a que 5 ans.  
  • Il perd sa sœur aînée Johanne Sophie, également emportée par la tuberculose en 1877. 
  • Son frère meurt subitement d’une pneumonie quelques mois seulement après son mariage. 
  • L’une ses jeunes sœurs, Laura Cathrine, est diagnostiquée comme souffrant de mélancolie. Elle est internée en institution alors qu’elle n’a que 20 ans et y demeure sa vie durant.   

Maigre consolation, sa tante Karen Marie reprend le rôle maternel et l’initie à la peinture. 

Je serai peintre 

Edvard Munch ©pictorialpressLtd

Alors qu’il n’a que 16 ans, Munch écrit dans son journal : « Ma décision est arrêtée, je serai peintre. » Ses débuts en tant qu’artiste sont largement influencés par le naturalisme norvégien et les impressionnistes français. 

Après deux années d’études d’ingénieurs contraintes par son père, il se consacre finalement à la peinture et intègre le circuit des expositions officielles. Ainsi, il expose régulièrement aux Salons d’Automne d’Oslo. 

Comme il arrive désormais à vendre certaines de ses toiles, il fait de nombreux séjours à Paris. Dès lors, sa peinture se colore d’une touche de naturalisme, avec comme principale influence, Édouard Manet

Ainsi, reflet de sa psyché, son style ne va cesser d’évoluer ; du symbolisme aux Nabis, en passant par le futurisme. C’est ainsi qu’il s’affirme comme pionnier de l’expressionnisme dans la peinture moderne. 

Un touche-à-tout 

Bien au-delà de la peinture, Edvard Munch cherche toujours à exprimer la complexité de ses sentiments. Pour cela, il n’hésite pas à utiliser différents supports : dessins, estampes, photographies, lithographies, blocs gravés. 

En 1909, il réalise même des fresques murales, dont celle de la salle des fêtes de l’Université d’Oslo. 

L’arbre qui cache la forêt 

Le Cri, tableau emblématique d’Edvard Munch, crédit photo

Le Cri est le tableau le plus emblématique d’Edvard Munch, au point d’éclipser le reste de son œuvre. Il fait partie d’une série de 5 tableaux intitulée la Frise de la Vie.   

Dans la culture populaire, cette peinture symbolise l’homme moderne submergé par une crise d’angoisse existentielle. À tel point qu’elle a inspiré la création d’un emoji ! 

Face aux multiples tentatives d’interprétations de l’œuvre, laissons la parole à Munch lui-même. Le 22 janvier 1892, il écrit dans son journal intime : « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d’un coup le ciel devint rouge sang. Je m’arrêtai, fatigué, et m’appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j’y restai, tremblant d’anxiété — je sentais un cri infini qui passait à travers l’univers et qui déchirait la nature. » 

Et si ce personnage, qui semble pousser un cri, voulait se protéger d’un cri extérieur ; ou plutôt d’un bruit extérieur. 

En effet, en 1883, le Krakatoa, un volcan indonésien, entre en éruption et provoque un bruit assourdissant, qui retentit à plus de 4 800 Km. De plus, les cendres volcaniques qui se répandent jusqu’au nord de l’Europe sont à l’origine des couchers de soleil flamboyants dont Munch est le témoin. Enfin, le personnage central du tableau, au visage émacié, serait inspiré des momies péruviennes Chachapoya. En effet, celles-ci furent exposées lors de l’exposition universelle à Paris de 1889, où habitait cette année-là Munch. 

L’exposition du musée d’Orsay 

Affiche de l’exposition d’Edvard Munch au Musée d’Orsay, crédit photo

Organisée en collaboration avec le musée Munch d’Oslo, cette exposition présente une centaine d’œuvres. Elle rend compte de la curiosité de Munch et de la diversité de sa pratique artistique. Il y a là : peintures, dessins, estampes, lithographies ou encore gravures. 

L’occasion de (re)découvrir le parcours de celui qui ne cessait d’affirmer : « Je ne peins pas ce que je vois, mais ce que j’ai vu. » 

Donc ne ratez pas Edvard Munch au musée d’Orsay, du 20 Septembre 2022 au 22 janvier 2023 !

Rosa Tandjaoui 

Notre note
Edvard Munch exposer à Orsay Le Cri Edvard Much, exposition Orsay Exposition Orsay Edvard MUnch Anxiété Edvard Munch, même origine que le Cri Edvard Munch Spring Oeuvres d'Edvard Munch

Edvard Munch – Un peintre et ses démons

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor