Visitez Mexico sur les traces du Codex Borbonicus
Opodo - Billet d'avion, vol régulier et low cost, comparez et trouvez le vol le moins cher avec Opodo" target="_blank">Réserver vol Réserver hôtel Le Site archéologique de Teotihuacán La Basilique Notre-Dame de Guadalupe Le Musée national d’anthropologie

Visitez Mexico sur les traces du Codex Borbonicus

Marion Leonetti - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Manuscrit du XVe siècle conservé à la bibliothèque de l’Assemblée Nationale, le Codex Borbonicus ne cesse de dévoiler ses secrets, l’occasion alors de visiter Mexico à la découverte de la civilisation aztèque. 

Un manuscrit aztèque 

Les codex sont des manuscrits mésoaméricains réalisés par les Aztèques précolombiens pendant la Conquête espagnole de 1492 et 1515. Ils étaient généralement fabriqués à partir de longues feuilles de papier d’écorce de figuier. Cousues ensemble, elles formaient ainsi de longues et étroites bandes, puis étaient ensuite pliées. 

Ces livres peints servaient à documenter la vie quotidienne des Aztèques. Leurs rituels sacrés, leur régime foncier, leur science, leur histoire… On continuera à les produire même après la Conquête. Les Espagnols les considéraient comme des documents importants. Les derniers exemples de cette tradition remontent au début du XVIIe siècle. 

L’Abbé Druon a acquis en 1826, le Codex Borbonicus. Celui-ci est conservateur de la bibliothèque de l’Assemblée nationale, le Palais Bourbon, d’où son appellation. 

Il est composé de trente-six feuillets pliés en accordéon, et totalise une fois dépliée une longueur de 14 mètres. Il décrit les calendriers divinatoires et solaires des Aztèques par des scènes colorées avec des animaux, des personnages et des divinités. 

Les historiens classent les codex en fonction de leur provenance. Les codex aztèques étant originaires de la vallée de Mexico

Mexico était déjà la capitale de l’Empire aztèque au XIVe siècle. Les premières traces d’occupation de la ville remontent au Xe siècle.   

Une véritable mégalopole 

Découvrir Mexico sur les traces du Codex Borbonicus, Voyage au Mexique ©VoyageForum

Tout d’abord, cette mégalopole est entourée de plusieurs chaînes de montagnes et est construite sur une cuvette à 2 240 m d’altitude. 

De plus, elle s’étire sur près de 1 500 km2, avec une population de plus de 9 millions d’habitants. 

La période idéale pour s’y rendre s’étale d’octobre à juin. En effet, c’est la saison sèche qui se caractérise par un temps sec et une chaleur douce (autour de 25°C). 

Prendre ses précautions 

Mexico n’est pas l’endroit le plus sûr du Mexique. Il faut pour cela respecter certaines règles de bon sens : 

  • Faire des photocopies de tous vos documents importants, 
  • Laisser les originaux dans le coffre de l’hôtel et n’emporter pour vos sorties que le strict minimum, 
  • Éviter de sortir tard le soir et les quartiers non touristiques, à la tombée de la nuit, 
  • Toujours garder vos objets de valeur sur vous et votre sac devant vous, 
  • Ne jamais accepter la nourriture ou les boissons proposées par des inconnus, 
  • Toujours préférer l’application UBER aux taxis ordinaires. 

Oh, les lieux où vous irez ! 

Visitez Mexico, sur les traces des Aztèques et du Codex Borbonicus, crédit photo

Le Musée Frida Kahlo 

Construite en 1904, il s’agit de la maison natale de l’artiste peintre. Elle y a vécu la plus grande partie de sa vie et y est morte en 1954. Diégo Rivera en fera donation en 1958 afin d’y créer un musée. Ainsi, il regroupe des peintures des deux artistes, des œuvres d’art populaire, des sculptures précolombiennes, des photographies, des documents, des livres et des meubles. 

Le site archéologique de Teotihuacán

Également surnommé la Cité des Dieux, cet emplacement préhispanique est le plus grand site archéologique de la Mésoamérique. Situé à une cinquantaine de kilomètres de la ville et habité à partir du IIe siècle av. J.-C., les Aztèques le considéraient comme un lieu sacré. 

Le Musée national d’anthropologie 

Celui qu’André Malraux considérait comme le plus beau musée du monde, s’étend sur près de 44 000 m2. Autant dire qu’il faut y consacrer une demi-journée minimum. En plus de son architecture moderniste, il renferme de fabuleux trésors aztèques, Toltèques, Olmèques et Mayas. 

Voyager à travers le Mexique et ces monuments, crédit photo

Le musée del Templo Mayor 

Il se trouve dans le centre historique de Mexico, à l’emplacement exact de la capitale aztèque Tenochtitlan. Il expose essentiellement les découvertes du site de fouilles archéologiques du Templo Mayor. Inauguré en 1987, il abrite notamment le monolithe de Coyolxauhquie et la Pierre du Soleil. 

La Basilique Notre-Dame de Guadalupe 

Il y a, pour être précis, deux basiliques. L’une construite au XVIIe siècle dans le style baroque, mais qui fut fermée dans les années 1970 pour restauration. Une seconde, moderne, construite en 1976 et pouvant accueillir jusqu’à 100 000 fidèles. 

Le Château de Chapultepec 

Ce palais fut édifié au XVIIIe siècle par le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Bernardo de Gálvez. Il est composé de deux espaces distincts. Un musée de l’Histoire du Mexique et la résidence estivale du vice-roi. 

Hakim Aoudia. 

Notre note
Les codex sont des manuscrits mésoaméricains réalisés par les Aztèques précolombiens pendant la Conquête espagnole de 1492 et 1515. Egalement surnommé la Cité des Dieux. Il est le plus grand site archéologique de la Mésoamérique, il était habité par les Aztèques qui le considéraient comme un lieu sacré.  Celui qu’André Malraux considérait comme le plus beau musée du monde, s’étend sur près de 44 000 m2. Il se trouve dans le centre historique de Mexico, à l’emplacement exact de la capitale aztèque Tenochtitlan. Il est inauguré en 1987. Elle fut construite en 1976 et pouvant accueillir jusqu’à 100 000 fidèles.  Ce palais fut édifié au XVIIIe siècle par le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Bernardo de Gálvez.

Teotihuacán – Les trésors de la cité des cieux

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor