Fêtez Champollion aux Louvre(s) Lens et Paris !
Musée du Louvre Musée du Louvre : E-ticket Visite guidée du musée du Louvre : Coupe-file Champollion sur Amazon l'Egyptologie sur Amazon

Fêtez Champollion aux Louvre(s) Lens et Paris !

Lens

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que nous fêtons le 200e anniversaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion, le Louvre-Lens célèbre de son côté ses 10 ans d’existence, avec l’exposition Champollion, la voie des hiéroglyphes. L’occasion d’honorer le premier conservateur du musée égyptien du Louvre au XIXe siècle et de vous conseiller la visite de l’aile égyptienne du Louvre parisien.

Un être prédestiné

Jean-François Champollion nait le 23 décembre 1790 à Figeac, dans une famille lettrée : un père libraire et un frère ainé archéologue.

Sa légende démarre un an plus tôt, alors que sa mère Françoise, paralysée par une crise de rhumatisme, se fait prédire par le guérisseur venu la soigner, la naissance d’un fils qui sera : « une lumière des siècles à venir ».

Maison natale de Champollion, actuellement musée Champollion à Figeac. © Luc-Boegly-Agence-Moatti-et-Rivière.

Mais le mythe ne s’arrête pas là !

Il apprend à lire, par lui-même, sur le missel de sa maman, dès l’âge de 5 ans, se passionne pour les langues et maitrise grec et latin, dès l’âge de 8 ans et étudie les langues sémitiques, notamment le copte, dont il devine les liens avec l’égyptien ancien, dès l’âge de 16 ans

En 1806, il écrit à ses parents : « Je veux faire de cette antique nation une étude approfondie et continuelle. L’enthousiasme où la description de leurs monuments énormes m’a porté, l’admiration dont m’ont rempli leur puissance et leurs connaissances, vont s’accroître par les nouvelles notions que j’acquerrai. De tous les peuples que j’aime le mieux, je vous avouerai qu’aucun ne balance les Égyptiens dans mon cœur. »

Un génie scientifique

Les découvertes scientifiques deviennent l’un des attributs majeurs de ce XIXe siècle naissant, en même temps que la figure du savant dans l’inconscient collectif, et Champollion en est la parfaite illustration.

En 1807, il termine le lycée et présente son Essai de description géographique de l’Égypte avant la conquête de Cambyse devant l’Académie des sciences et des arts de Grenoble, dont il devient membre, en 1808.

En 1809, il devient professeur adjoint d’histoire ancienne à la faculté de Grenoble.

Puis docteur ès lettres, en 1810, et donne son premier cours : De l’histoire en général et de ses bases, la chronologie et la géographie comparée.

Il continue inlassablement à nourrir sa passion pour l’Égypte antique ; lisant, traduisant et déchiffrant, sans relâche.

La même année, il présente son exposé sur L’Écriture des Égyptiens devant l’Académie Delphinale, avant que ne paraissent, quatre ans plus tard, les deux tomes de son Égypte sous les Pharaons.

Des opinions politiques

En 1867, Jean-Léon Gérôme offre sa propre vision de Bonaparte en Égypte : un conquérant solitaire méditant devant la grandeur du sphinx de Gizeh. Copyright Hearst Castle, San Simeon.

Bercé, depuis son enfance, par l’expédition de Bonaparte en Égypte, il sera successivement bonapartiste, royaliste et même fervent catholique.

La chute de Napoléon à Waterloo, en 1815, le contraint à l’exil ; en résidence surveillée à Figeac, tandis que son Dictionnaire de la langue copte est refusé par l’Académie.

De retour à Grenoble en 1817, il devient bibliothécaire et en profite pour présenter, à l’Académie Delphinale, son mémoire sur Quelques hiéroglyphes de la Pierre de Rosette.

Prenant part à une insurrection, en 1821, il est contraint de quitter Grenoble, démis de ses fonctions par le préfet.

La consécration

Hiéroglyphes égyptiens. © Fedor Selivanov.

Le 27 septembre 1822, il écrit sa fameuse lettre à M. Bon-Joseph Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ainsi que dirigeant de la Bibliothèque nationale de France, lui faisant part de sa découverte d’un système de déchiffrement des hiéroglyphes : « C’est un système complexe, une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique, dans un même texte, une même phrase, je dirais presque dans un même mot. »

Il publiera, quelques mois plus tard, Le Panthéon égyptien, puis, en 1824, Le Précis du Système Hiéroglyphique des Anciens Égyptiens.

La même année, il effectue un long périple en Italie, où il examine, étudie et classe les collections rapportées de l’expédition Bonaparte dans les musées de Turin, Milan, Bologne, Rome et Naples.

Il inspectera également les obélisques et papyrus de la bibliothèque du Vatican et sera même reçu le par le pape Louis XII.

En 1826, il est nommé conservateur du département égyptien du musée Charles X au Louvre et qui s’appelait alors le musée égyptien.

Entre 1828 et 1289, il réalise enfin son rêve en organisant une mission scientifique en Égypte : « L’imagination qui, en Europe, s’élance bien au-dessus de nos portiques, s’arrête et tombe impuissante au pied des cent quarante colonnes de la salle hypostyle de Karnak. »

De retour à Paris en 1830, atteint de bronchite chronique et de violents accès de goutte, il s’y éteint le 4 mars 1832.

Des expositions

Considéré comme le père de l’égyptologie et premier déchiffreur des hiéroglyphes, il disait de lui-même : « Je suis tout à l’Égypte, elle est tout pour moi ».

Si vous n’avez pas pu vous rendre à la BNF (Paris) pour découvrir L’aventure Champollion – Dans le secret des hiéroglyphes, qui se terminait le 24 juillet 2022, il est encore temps de vous rattraper !

Vous pouvez vous rendre au Louvre Lens pour explorer l’exposition Champollion, la voie des hiéroglyphes, du 28 septembre 2022 au 16 janvier 2023. Cette rétrospective ambitieuse propose un parcours jalonné de plus de 350 œuvres, entre peintures, sculptures, objets d’arts, documents et arts graphiques.

Et bien sûr, nous ne saurons trop vous conseiller de visiter le département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, qui recèle l’une des plus belles et plus riches collections égyptologiques mondiales.

À visiter en famille

N’hésitez pas à y emmener les enfants à partir de 8 ans, ces expositions pouvant tout à fait s’inscrire dans le prolongement du programme d’histoire du cycle 3 (CM1, CM2 et 6e).

Hakim Aoudia.

Notre note
pierre de rosette british museum portrait peinture champollion jean francois leon cogniet hieroglyphe egyptien gravure pierre hieroglyphe egyptien dessin jean françois champollion dechiffrement hieroglyphe jean françois champollion dechiffrement hieroglyphe

Visite privée – L’aventure Champollion à la BnF

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor