Mary Lou Williams, première dame du clavier jazz !
Mary Lou Williams Umlaut Big Band Femmes du jazz Sélection jazz Sélection Big Band

Mary Lou Williams, première dame du clavier jazz !

Poitiers

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Pianiste de génie dotée de l’oreille absolue, Mary Lou Williams est l’une des toutes premières femmes afro-américaines à jouer du jazz professionnellement dans les années 1920. L’Umlaut Big Band la sort de l’oubli et redonne vie à de nombreuses compositions, souvent rares et inédites, avec la parution de l’album Mary’s Ideas, ainsi qu’une série de concerts.

Une enfant prodige

Née à Atlanta le 8 mai 1910, mais élevée à Pittsburgh, Mary Lou Williams se révèle très jeune être une enfant prodige de la musique.

En effet, vers l’âge de trois ans, après avoir entendu sa mère jouer une chanson à l’orgue, elle la reproduit sur un harmonium. Dès lors, sa mère, qui se trouve être la pianiste et organiste de l’église baptiste du quartier, prend conscience du don de sa fille et prendra toujours soin de ne pas lui apprendre la musique pour qu’elle ne perde pas son instinct, sa capacité à improviser.

Son génie est d’autant plus remarquable que suivant les recommandations de sa maman, elle ne prendra jamais de cours de solfège et restera jusqu’à sa mort, le 28 mai 1981, incapable de lire une partition.

Cependant, dotée de l’oreille absolue, elle est capable de rejouer n’importe quelle mélodie après l’avoir écoutée qu’une seule fois.

Une influence majeure

Dès l’âge de 6 ans, Mary Lou Williams commence à gagner de l’argent en jouant dans des fêtes. Un an plus tard, elle enchaine avec ses premiers concerts, au point de devenir une célébrité locale de son quartier de Pittsburgh. Ainsi, on la surnomme : la petite pianiste d’East Liberty.

C’est à cette époque qu’elle découvre la pianiste et chef d’orchestre Lovie Austin, qu’elle décrit comme sa plus grande influence : « Je n’ai rien écouté du concert, mon attention était totalement focalisée sur la pianiste du groupe. Elle était assise jambes croisées au piano, une cigarette à la bouche, écrivant de la musique de sa main droite et accompagnant le groupe avec sa main gauche pleine de swing ! Impressionnée, je me suis dit : « Mary, tu feras ça un jour » ».

La première dame du clavier jazz

Mary Lou Williams a une place particulière au panthéon du jazz, car c’est l’une des premières femmes afro-américaines qui parvient à s’imposer dans le monde du jazz professionnel.

Celle dont le talent sera salué par Jelly Roll Morton et Fats Waller jouera avec Duke Ellington à l’âge de 17 ans. De plus, elle écrira plus de 350 compositions tout au long de sa carrière ; notamment pour Benny Goodman, Count Basie ou Louis Armstrong.

Enfin, elle sera la mentore de la génération bebop. Son appartement devenant le repaire de musiciens aussi célèbres que : Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Miles Davis, Tadd Dameron, Bud Powell ou Thelonious Monk.

De gauche à droite : Dizzy Gillespie, Mary Lou Williams, are Dizzy Gillespie, Tadd Dameron, Hank Jones, Milt Orent, Dixie Bailey et Jack Teagarden. Crédit photo.

La preuve par l’exemple

Si vous ne deviez écouter qu’un seul album de Mary Lou Williams, ce qui serait une grossière erreur, je vous conseille d’acquérir Zodiac Suite.

In s’agit d’une œuvre en douze parties, chacune correspondant à un signe du zodiaque.

Composé en 1945, c’est un album d’une sophistication et d’une modernité hors du commun. Un véritable chef-d’œuvre et un indispensable à toute bonne bibliothèque musicale !

Voici ce qu’en dit Mary Lou Williams : « J’avais lu un livre sur l’astrologie, et bien que je n’y connaisse pas grand-chose, j’ai décidé d’écrire une suite inspirée par les musiciens que je connaissais qui étaient nés sous ces signes. Je n’avais pas le temps d’écrire, ni d’aller dans un studio pour enregistrer, donc après les trois premiers [signes], je m’installais au piano et je jouais, la musique s’inventant au moment où je jouais. On pourrait appeler ça la composition jazz. »

L’Umlaut Big Band

Umlaut est un collectif et un label d’origine allemande qui signifie : la transformation du son.

L’Umlaut big band est un orchestre de quatorze musicien.ne.s fondé en 2011. Sous l’impulsion et la direction artistique du saxophoniste alto Pierre-Antoine Baradoux, il explore le répertoire historique des Big Bands, à partir d’archives sonores et manuscrites des années 1920 à 1940. De plus, il exploite les possibilités sonores offertes par l’orchestre sous une forme plus contemporaine, en passant commande à des compositeurs actifs dans les champs de la création.

Avec son album Mary’s Ideas, l’Umlaut Big Band nous propose un portrait musical de cette grande dame oubliée du jazz : un chef-d’œuvre de maitrise, de talents et de musicalité à ne surtout pas rater !

Quelques dates à retenir

Dans le cadre de la promotion de cet album, l’Umlaut Big Band a effectué une série de concerts et de résidences musicale en 2022.

Pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de le voir en concert, il reste deux dates cette année pour se rattraper :

  • 03-04/12/2022 : FILATURE, SCÈNE NATIONALE, MULHOUSE.
  • 09/12/2022 : TAP – THÉÂTRE AUDITORIUM DE POITIERS.

À vos billets et bonnes écoutes !

Hakim Aoudia.

Notre note
mary lou williams mary lou williams mary lou williams mary lou williams zodiac suite mary lou williams

UMLAUT BIG BAND – « Gjon Mili’s Jam Session », MARY LOU WILLIAMS (1943-44) from « Mary’s Ideas » album

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor