(Re)Découvrez la BD féministe de Julie Doucet !
Julie Doucet livres Juliedoucet.net Le Pantalitaire L'Association Sélection BD

(Re)Découvrez la BD féministe de Julie Doucet !

Inès Bouchenafa - Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

À 56 ans, la Canadienne Julie Doucet est une auteure culte au Québec. Cette figure de la bande dessinée alternative, qui vient de recevoir le Grand Prix du Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême, est seulement la troisième femme à inscrire son nom à ce palmarès.

Un pur produit de la BD underground québécoise

Auteure culte, alors qu’elle a quitté le monde de la bande dessinée depuis plus de 20 ans, Julie Doucet démarre sa carrière au milieu des années 1980.

Ainsi, elle collabore avec les revues Tchiize!, puis L’Organe et Rectangle, qui feront éclore toute une génération d’auteurs underground québécois majeurs.

Des éditeurs dits indépendants ou alternatifs, dont nous saluons ici le travail pour propager l’œuvre de ces artistes peu ou pas représentés dans les structures traditionnelles.

Une artiste subversive

À la fin des années 1980, elle lance seule un fanzine photocopié intitulé Dirty Plotte. Cette publication au titre volontairement vulgaire pourrait se traduire par vagin dégueulasse ou sale fente.

Rédigé en français et en anglais, elle y raconte ses espoirs, ses rêves, ses doutes et ses frustrations. De plus, elle n’hésite pas à se mettre en scène au travers d’un personnage candide. Ce dernier se masturbera à l’aide d’un cookie, triomphera de ses menstruations grâce à ses pouvoirs de lévitation ou, transformée en Godzilla, inondera le centre-ville de son sang.

Dans «Maxiplotte», Julie Doucet se dessine notamment en Godzilla ravageant un centre-ville inondé de son sang menstruel. Copyright L’Association.

En quelques mois, alors qu’elle doit envoyer chaque exemplaire de son mensuel par la poste, qu’elle paie de sa poche 2,50 $, elle se fait très vite remarquer par l’élite culturelle new-yorkaise, dont elle devient la chouchou.

La reconnaissance

Au même moment, la maison d’édition française de bande dessinée L’Association qui vient de se créer, la remarque et lui propose de la publier.

Suivrons Ciboire de criss ! en 1996, Changements d’Adresses en 1998 et L’Affaire Madame Paul en 2000.

L’Affaire Madame Paul. Copyright L’Association, Doucet Julie (2000).

Une relation complexe avec sa féminité et son corps

La thématique du corps est omniprésente dans l’œuvre de Julie Doucet. Un corps gênant, difforme, aux antipodes des standards de beauté des magazines féminins.

Elle l’explique ainsi : « En tant que femme, je me suis toujours sentie très consciente de moi-même, en décalage. Je me trouvais moche, je ne m’habillais pas convenablement pour une femme, je ne me maquillais pas, je ne portais pas de robe. Je ne me sentais pas convenable, j’étais un garçon manqué. »

À partir des années 2000, elle commence à s’éloigner de la bande dessinée, se consacrant à la gravure, la poésie et les collages.

Collage de poésie. Copyright Julie Doucet.

Son éditeur français Jean-Christophe Menu résume ainsi son retrait : « Trop de travail, trop de pression, trop de mecs. »

Un petit coin à soi

Aujourd’hui, elle dirige sa propre maison d’édition Le Pantalitaire, qui publie exclusivement ses œuvres. Il s’agit de petits livres fabriqués à la main et disponibles dans quelques librairies indépendantes.

Lorsqu’elle reçoit le grand prix du festival international de la bande dessinée d’Angoulême, en mars 2022, elle déclare humble et apparemment très émue : « Quand je pense que ça a commencé dans les années 80 avec un fanzine, avec un titre pas très net, j’ai du mal à croire que je suis là, à recevoir le Grand Prix, le prix le plus prestigieux au monde de l’industrie la bande dessinée. »

L’occasion de citer cet extrait d’Une Chambre à Soi de Virginia Woolf, qui lui va comme un gant : « Elle écrira dans la rage quand elle devrait écrire dans le calme. Elle écrira sottement quand elle devrait écrire sagement. Elle parlera d’elle-même quand elle devrait parler de ses personnages. »

Hakim Aoudia.

Notre note
julie doucet planche bd julie doucet planche bd julie doucet julie doucet collage julie doucet planche bd

BD: Julie Doucet, grand Prix d’Angoulême

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor