Après Demain de Cyril Dion, la prise de conscience !
Cyril Dion DVD Cyril Dion livres Ecologie Réchauffement climatique Environnement

Après Demain de Cyril Dion, la prise de conscience !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Nous vous avions présenté Demain, le documentaire de Cyril Dion sorti en 2015. Nous vous présentons désormais Après Demain, documentaire d’une durée de 1h12, qu’il a coréalisé avec Laure Noualhat trois ans après et qui est donc arrivé dans nos salles en septembre 2018. Tout en restant dans la même veine, Après Demain de Cyril Dion perd l’aspect presque naïf que pouvait avoir Demain.

Demain, et après ?

On comprend vite que Demain est né d’une conversation entre Cyril Dion, Mélanie Laurent et l’écrivaine Nancy Huston.

L’une des premières phrases du film est alors celle prononcée par l’écrivaine : « La fiction c’est notre mode d’être au monde. » Cela signifie que nos manières de vivre et de penser se basent sur des histoires que l’on se raconte en commun. Ce sont les fictions qui forgent notre imaginaire.

Ce que Cyril Dion a voulu faire avec Demain c’est raconter une nouvelle histoire, pour étendre et changer notre imaginaire. Il s’agit de dire qu’agir est possible. Que des « solutions » existent. Qu’il faut y croire. Peut-être parce qu’attendre nous fait perdre espoir, et sans l’espoir nous avons déjà perdu.

DEMAIN de Cyril Dion et Mélanie Laurent – Bande-Annonce.

Prise de conscience

On revient alors sur le succès de Demain : il est resté trente-neuf semaines à l’affiche, a eu un million de spectateurices en France, il a été exporté dans trente pays, été projeté à Nuit Debout, au Parlement européen, à l’ONU… Il a fait événement ! 

CYRIL DION : C’est peut-être un début non ? 

LAURE NOUALHAT :  Oui, ou un écran de fumée. 

Laure Noualhat, amie de Cyril Dion, vient contrebalancer cet optimisme parfois aveugle. Elle lui fait néanmoins remarquer que les gestes éco-citoyens présentés dans Demain ne sont que des alternatives, pas des solutions, que le monde n’a pas changé et qu’en 2018 la situation n’est pas meilleure qu’en 2015.

On se rend compte alors que certains projets qui ont vu le jour suite aux films n’ont pas tenu le coup, quand d’autres sont nés et/ou prospèrent.

Que sont-ils devenus ?

Il s’agit toujours de relier les cinq points sur lesquels nous devons agir :  

  • La nourriture,
  • L’énergie,
  • L’économie,
  • La démocratie,
  • L’éducation.

MobilWood

Et pour illustrer cela, le documentaire nous présente l’entreprise MobilWood, qui a de quoi faire rêver, tellement elle semble être le modèle même de l’entreprise de demain. Elle essaie de rassembler : le lieu de travail, de production de nourriture, un exemple de fonctionnement démocratique et une école Montessori, montée par le patron et les employé-e-s, dans la même zone.

Notons que si les prix sont proportionnels aux salaires des parents, ils sont compris entre 150€ et 400€ par mois. Encore une fois : c’est une alternative pour celles et ceux qui peuvent se le permettre et pour une communauté réduite. Pas une solution. 

De plus, comme le dit Laure Noualhat, ça n’est possible que parce que le patron est actif dans le projet. Il fait partie d’une minorité.

Après Demain de Cyril Dion et Laure Noualhat – MobilWood.

Pocheco

MobilWood est un projet porté par Pocheco, qui fait maintenant partie du conseil d’entreprises pour les accompagner dans la transition écologique et sociale.

Pocheco soutient ainsi Évian, la marque d’eau de Danone. Il est là le problème. L’entreprise a atteint la neutralité carbone en 2020, souhaite mettre en place une énergie totalement circulaire en 2025, et a pour ambition de fabriquer ses bouteilles avec des déchets végétaux.

Bien sûr que c’est une avancée. Mais comme Laure Noualhat, nous ne pouvons nous empêcher de remarquer : ce n’est que du capitalisme vert. Le mode de production des bouteilles fait partie du problème, mais le plus embêtant est peut-être le principe même de vendre de l’eau en bouteille, non ? Peut-être que notre modèle économique est obsolète et ce ne sont pas des petites avancées permises par le bon vouloir de certaines mieux intentionnées que d’autres, qui y changeront quoi que ce soit.

Pocheco, une PMI qui pratique l’écolonomie dans le film “Après Demain” de Cyril Dion et Laure Noualhat.

Du positif

S’il y a bien un exemple qui nous donne un peu plus d’espoir parce qu’il a un effet direct, c’est celui d’Avessac et de ses éoliennes mises en place par une commune et ses habitant-e-s, dont elles fournissent l’énergie nécessaire.  

Encore une fois, cela n’est possible que parce que la commune a suivi ses citoyen-ne-s sur le projet.

La ferme éolienne d’Avessac dans le film “Après Demain” de Cyril Dion et Laure Noualhat.

De nouveaux récits

Ainsi, il y a deux conclusions a tirer de ce documentaire. Les fictions, les histoires que l’on se raconte en commun nous porte et nous poussent à suivre certains modèles.

Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank et prix Nobel de la paix en 2006, nous dit que la science-fiction a toujours influencé la science. Et que ce dont nous avons besoin aujourd’hui, ce sont des fictions sociétales à suivre.

C’est une des obsessions de Cyril Dion, qui arrive à cette conclusion également dans son livre sorti en 2018 : Petit manuel de résistance contemporaine. Il nous faudrait un imaginaire utopique, des modèles de sociétés idéales, des alternatives possibles, pour pouvoir construire notre transition écologique et sociale.

“Petit manuel de résistance contemporaine” de Cyril Dion lu par l’auteur | Livre audio.

L’union fait la force

L’autre conclusion, non moins importante, est qu’il faut que les citoyen-ne-s, les élu-e-s et les institutions fonctionnent ensemble. Sinon rien n’est possible.

Le maire de Grenoble, Éric Piolle, dit : « L’action publique ne représente que 50% de notre vie collective. La transformation démarre de la société civile, c’est ce qui pousse l’institution à faire autrement. »

À nous donc, d’imposer notre voix et nos combats, nos volontés.

David et Goliath ?

Après la sortie du documentaire, les citoyen-ne-s du monde entier se sont levé-e-s, notamment dans le sillage de Greta Thunberg. Et ça n’a toujours pas été assez. Parce que même quand des élu-e-s souhaitent s’engager, soit les lois ne changent pas assez vite sur certains plans ou notre système législatif est trop complexe (c’est la thèse avancée par Anne Hidalgo, interrogée par Cyril Dion et Laure Noualhat pour Après Demain) ; soit ce sont les lobbies qui coincent.

Cela, Animal est le documentaire de Cyril Dion qui nous en parle le mieux. Nous vous présenterons ce film dans un prochain article.

Lou Gasparini.

Notre note

Rencontre avec Cyril DION autour du film APRÈS DEMAIN

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor