Ussé, le château de la Belle au bois dormant !
Billetterie Château d'Ussé Châteaux de la Loire Charles Perrault Moyen Âge

Ussé, le château de la Belle au bois dormant !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Situé à Rigny-Ussé, à 45 minutes à l’ouest de Tours, le château d’Ussé fut édifié au XVe siècle et aurait inspiré Charles Perrault pour l’écriture de son conte de La Belle au bois dormant. Ce château de la Loire est idéalement placé entre Chinon, Villandry et Azay-le-Rideau.

Les origines

Occupant une position stratégique, en lisière de la fabuleuse forêt de Chinon, non loin de Tours, au bord d’un bief qui mène dans l’Indre, puis à la Loire, le site d’Ussé est habité depuis la préhistoire.

On retrouve également, derrière le château actuel, le lieu-dit du Gros Caillou, un alignement de blocs de pierre d’une centaine de mètres, en forme de rectangle, qui représente les probables premières fortifications du lieu.

Le nom d’Ussé (Uceruin, Uceum) est relaté pour la première fois par Grégoire de Tours, au VIe siècle, dans ses Chroniques des Turons.

Autour de l’An 1000, cette position stratégique est entre les mains de Gelduin Ier de Saumur, chef viking d’origine danoise ; pire ennemi du comte d’Anjou Foulques Nerra, qui le surnommera : le diable de Saumur.

Celui-ci est le premier à y édifier une forteresse, probablement constituée, à l’époque de bois et de pierre.

Un premier château

Mis à part Guelduin II de Saumur, qui érige un premier château en pierre, dès 1040, nous pouvons passer très rapidement sur la liste des seigneurs d’Ussé, jusqu’à la fin du XIVe siècle.

Le château actuel

Au début du XVe siècle, la seigneurie passe aux mains de la famille de Bueil, dont plusieurs membres se sont illustrés pendant la guerre de Cent Ans.

Jean V de Bueil, enluminure sur parchemin, Armorial de Gilles Le Bouvier, dit Berry, héraut d’armes du roi Charles VII, ms. 4985, fo 33 ro, XVe siècle. (Ussé, le château de la Belle au bois dormant). Crédit photo BnF.

En 1424, Jean V de Bueil démarre la construction des premières structures de base du château d’Ussé, tel que nous le connaissons aujourd’hui. L’ouvrage est continué par son fils Antoine, autour de 1460, avec l’édification d’un château d’inspiration médiévale et gothique.

Surendetté, ce dernier est contraint, en 1485, de vendre Ussé à Jacques d’Espinay, chambellan des rois Charles VIII et Louis XII. Celui-ci continuera les travaux dans le plus pur style Renaissance et laissera à son fils Charles, ainsi qu’à son petit-fils René, la charge de fonder la collégiale Notre-Dame d’Ussé, qui sera consacrée le 11 août 1538.

Collégiale Notre-Dame d’Ussé. (Ussé, le château de la Belle au bois dormant). Crédit photo chateaudusse.fr.

L’histoire se répétant toujours, au moins deux fois, René d’Espinay, criblé de dettes, revend le domaine à Suzanne de Bourbon-Montpensier, en 1557.

Le Nôtre et Vauban

En 1659, Thomas Bernin de Valentinay, secrétaire du roi, rachète le château d’Ussé et y fait aménager des jardins dessinés par Le Nôtre, dès 1664.

Ajoutons que dans le cadre du mariage de son fils Louis avec Jeanne Françoise Le Prestre de Vauban, en 1691, le maréchal de France séjournera régulièrement au château et participera à la consolidation de la longue terrasse qui domine l’Indre.

Vue du château d’Ussé (1699). (Ussé, le château de la Belle au bois dormant). Crédit photo chateaudusse.fr.

Un château de contes de fées

Au début du XVIIIe siècle, la seigneurie d’Ussé est érigée en marquisat en faveur de Louis Bernin de Valentinay ; grand ami de Charles Perrault. Ce dernier séjournera régulièrement au château d’Ussé, qui lui inspirera son conte de La Belle au bois dormant.

Portrait au pastel de Charles Perrault par Charles Le Brun. (Ussé, le château de la Belle au bois dormant). Crédit photo Wikipédia.

Voltaire y passera quelques jours et y écrira une partie de La Henriade.

Enfin, en 1817, François-René de Chateaubriand y amènera de jeunes pousses de cèdres du Liban pour son amie Claire de Kersaint, Duchesse de Duras et autrice du fameux roman Ourika, qu’il plantera près de la chapelle, tout en profitant de l’occasion pour rédiger une partie de ses Mémoires d’outre-tombe.

C’est à cette époque qu’après être passé de mains en mains, le château d’Ussé échoit à la famille de Blacas, qui en est la propriétaire actuelle.

Du château fort au château de plaisance

Le château d’Ussé est un édifice caractéristique de cette période charnière, de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, qui voit l’habitation prendre le pas sur la défense.

Ainsi, il s’agit ici d’une demeure seigneuriale de plaisance, dont les logis donnent sur une cour intérieure et dont l’ensemble est protégé par un remarquable système de défense féodale :

  • Un pont-levis entre deux tours,
  • Un chemin de ronde en encorbellement sur des mâchicoulis,
  • Une enceinte extérieure,
  • Des tours d’angles,
  • Un donjon.

Pour résumer, une bâtisse à cheval entre deux styles : l’un médiévale et gothique, l’autre Renaissance, avec une cour intérieure parfaite synthèse des deux.

Vue du château d’Ussé. (Ussé, le château de la Belle au bois dormant). Crédit photo chateaudusse.fr.

À découvrir en famille

La visite du château du château d’Ussé convient parfaitement aux enfants à partir de 10 ans.

En effet, celle-ci peut tout à fait s’inscrire dans le prolongement des programmes de l’Éducation nationale :

  • L’étude du conte fait partie du programme de français du cycle 3 (CM1, CM2, 6ème),
  • La Renaissance fait partie du programme d’Histoire et géographie dès le CM1,
  • Le Moyen Âge fait partie du programme d’Histoire de 5ème.

Un lieu magique, chargé d’Histoire et de légendes !

Rosa Tandjaoui.

Notre note

Le château d’Ussé – Région Centre – Le Monument Préféré des Français

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
Contribuez à CulturAdvisor Nous écrire
CulturAdvisor