Bêtise, mauvais goût, et autres amours !
Dictionnaire amoureux Nicolas d' Estienne d'Orves Alain Rey François Rollin François Morel

Bêtise, mauvais goût, et autres amours !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Chez Plon, c’est avec amour que les plumes les plus légères valent de l’or. Azédaires, abécédaires ou dictionnaires, qu’importe les sujets, la qualité du propos mérite de les suivre au pied de la lettre.

Par Jean-Luc Bouland

« Ce livre sera donc, par essence, partial. Les Dictionnaires amoureux étant les abécédaires subjectifs qu’un écrivain plaque sur un sujet qui lui est cher, il s’agit d’emblée d’un choix, d’une sélection, qui n’engage que l’auteur ». En écrivant ces lignes en ouverture de son Dictionnaire amoureux du mauvais goût, paru en janvier 2023, Nicolas d’Estienne d’Orves annonce d’entrée la couleur. Déjà auteur d’un Dictionnaire amoureux de Paris, dans la même collection, il en assume pleinement le sens. Un sens, cupidon oblige, qui amènera même la publication d’un Dictionnaire amoureux des dictionnaires amoureux.

Nicolas d’Estienne d’Orves – Dictionnaire amoureux de Paris.

D’ailleurs, nous explique-t-il,

qu’est-ce que le mauvais goût, sinon un regard subjectif porté par celui qui reçoit, et qui juge. Ainsi trouvera-t-on à la lettre “M” un petit chapitre sur Miss France sans concession, notant que « à l’heure du bio et des produits vrais, l’être humain est ici réduit à sa plus simple expression, la viande » (p292). Les habitués de ces grands shows castelroussins apprécieront, tout comme la référence à Maurice Rollinat (p426), protégé de Georges Sand, pour la reproduction de son poème intitulé “La belle fromagère“. Là, le mauvais goût est volontaire, et crémeux à souhait.

Bêtise, humour, et plus encore

En 2011, Alain Rey publiait le Dictionnaire amoureux des dictionnaires, tout en regrettant, en fin lettré, que le terme Abécédaire soit substitué au plus juste Azédaire pour nommer un ouvrage aux articles répertoriés par ordre alphabétique. « Le but de cette collection est de célébrer en dictionnaire, avec amour, nombre de réalités passionnantes : lieux, pays, villes, activités humaines, savoir, croyances, religions, objets et êtres qui font rêver ». Une précision importante pour celui qui, deux ans plus tard, publiera le Dictionnaire amoureux du diable.

Alain Rey – Dictionnaire amoureux des dictionnaires.

Ainsi, 22 ans après sa création, la collection initiée par Plon offre encore des thèmes aussi variés que les Musées, Tintin, l’Orient ou la Chanson française, Jésus, François Mitterrand, et même la Coupe du monde. Serge July y signait en 2015 un Dictionnaire amoureux du journalisme très dense (900 pages), prévenant que « la qualification amoureuse de ce dictionnaire signale aux lecteurs la présence d’un petit lupanar d’affect ». Soit trois ans après le Dictionnaire amoureux de l’Humour de Jean-Loup Chiflet qui semblait rejoindre Raymond Queneau quant à définir celui-ci comme « une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie ». Vaste sujet.

De l’inutile à l’indispensable

Parlons humour, justement. En librairie, ces Dictionnaires amoureux sont placés selon leur sujet principal, ou supposé, et non regroupés par collection. Vous verrez aisément celui sur la Loire (signé Danièle Sallenave) au rayon adéquat. En revanche, vous aurez un peu plus de mal à trouver les autres, aux thèmes plus incongrus.

Ainsi, le Dictionnaire amoureux de la bêtise, signé François Rollin (décembre 2022), se retrouvera au rayon Humour, tout comme le Dictionnaire amoureux de l’inutile, du duo François et Valentin Morel. Un rayon Humour par ailleurs très restreint, et majoritairement rempli par des BD. Comme s’il n’était plus d’époque.

« Qu’est-ce qu’un Dictionnaire amoureux ? » raconté par François Morel.

Voilà qui est bien triste, regrettent quelques experts. Car, comme l’écrivait Francis Picabia, cité en exergue de ce dernier ouvrage, « il n’y a d’indispensable que les choses inutiles ». Et, tout comme l’amour, l’indispensable n’a pas encore trouvé de soupirant pour le mettre en dictionnaire.

Notre note

Commentaires

0

Ajouter un commentaire


Fermer le menu