Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol !
Alamut Terrorisme Les Ismaéliens Le fondamentalisme Assassins Creed

Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Les attentats terroristes régulièrement commis dans le monde, remettent sans cesse la question du fanatisme religieux au cœur des débats. En publiant son roman Alamut en 1938, l’écrivain slovène Vladimir Bartol a tout d’abord voulu dénoncer la montée du nazisme et du fascisme et non le terrorisme, avec comme figures de proue : Mussolini, Hitler et Staline. Paru dans une quasi-indifférence générale et très vite oublié, il aura un succès extrêmement tardif, notamment à la suite des attentats du 11 septembre 2001, revêtant même, un caractère prémonitoire, singulièrement à la suite des rapprochements faits entre son personnage principal Hassan ibn Al-Sabbah et Oussama Ben Laden.

Un roman historique remarquable

Retranché dans sa forteresse d’Alamut, sorte de nid d’aigle juché sur d’imprenables rochers dominant le Nord de l’Iran, Hassan ibn Al-Sabbah, surnommé le Vieux de la Montagne est le chef de la branche chiite ismaélienne des Nizârites. Il règne sur un groupuscule fanatique et religieux, la redoutable Secte des Assassins. Nous sommes au XIe siècle et Hassan grâce à ces fédayins, prêts à mourir pour la cause, va mener une véritable guerre sainte qui va faire vaciller sur ses bases le pouvoir Turc de l’époque qui menace d’imposer la doctrine sunnite à tout l’Iran. Ce chef d’œuvre absolu, démarre comme un conte des Mille et Une Nuits, se prolonge en un essai politique, qui démonte et décortique les mécanismes du terrorisme, de l’obscurantisme, du fanatisme, de l’intolérance et de toutes les dérives totalitaires, et se termine en un fabuleux essai philosophique, sorte de définition du nihilisme.

Illustration du Livre des merveilles de Marco Polo (vers 1410) montrant le Vieux de la montagne (avec le chapeau rouge) dans son faux paradis. © Manuscrit de la BNF. (Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol).

Quelques extraits particulièrement éloquents

Mener les foules

« Mais la force de toute institution repose essentiellement sur l’aveuglement de ses adeptes ! Selon leur aptitude à la connaissance, les gens occupent un certain rang en ce monde. Celui qui veut les guider doit tenir compte de la diversité de leurs capacités. Les multitudes exigeaient jadis que les prophètes fissent des miracles. Ils devaient en faire s’ils voulaient conserver leur prestige… Plus bas est le niveau de conscience d’un groupe, plus grande est l’exaltation qui le meut. C’est pourquoi je partage l’humanité en deux camps bien distincts. D’un côté la poignée de ceux qui savent de quoi il retourne, de l’autre l’immense multitude de ceux qui ne savent pas. Les premiers sont appelés à diriger, les autres à être dirigés. Les premiers font figure de parents, les autres ressemblent à des enfants. Les premiers savent que la vérité est inaccessible, les seconds tendent la main vers elle. Que reste-t-il dès lors comme issue à ceux-là… sinon de nourrir ceux-ci de fables et de billevesées ? Mensonge et imposture ? Soit. Pourtant seule la pitié les y pousse. Peu importe du reste l’intention, puisque la mystification et la ruse sont de toute façon indispensables à celui qui veut mener les foules vers un but clair à ses yeux mais que celles-ci seront toujours incapables de comprendre. Aussi pourquoi ne pas faire de cette mystification et de cette imposture une institution concertée ? »

https://www.youtube.com/watch?v=pcyJ0rOVN-E
Unité d’Élite | PERSE – les Guerriers ASSASSINS |Documentaire Histoire. (Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol).

Le grand livre des questions sans réponse

« Nous n’avons plus personne au-dessus de nous, excepté Allah et son ciel énigmatique. De l’un et de l’autre, nous ne savons presque rien, et n’en saurons jamais plus : autant donc fermer pour toujours le grand livre des questions sans réponse… J’entends désormais me contenter de ce monde tel qu’il est. Sa médiocrité me dicte la seule conduite à tenir : inventer des fables, aussi colorées que possible, que nous destinerons à nos fidèles enfants… en attendant dans cet asile le dénouement de la suprême énigme. Il est permis à un vieillard qui connaît le monde de s’adresser aux hommes sous forme de légendes et de paraboles. Que de travail ai-je encore devant moi ! Pour les croyants du commun, il me faut imaginer mille et une histoires rendant compte de la genèse du monde, évoquant le paradis et l’enfer, les prophètes, Mohammad, Ali, Al-Mahdi… Juste au-dessus du troupeau, les croyants combattants auront droit à comprendre le pourquoi et le comment des règles et des interdits qui nous gouvernent : je préparerai à leur intention un code et un catéchisme imagé. »

Assassins, la secte derrière le mot – France Culture. (Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol).

Rien n’est vrai, tout est permis !

« Les fédayins, eux, seront introduits à un savoir secret : je leur enseignerai que le Coran est un livre énigmatique qui doit être interprété à l’aide d’une certaine clef. Mais aux deys, au-dessus d’eux, nous apprendrons que le Coran lui-même ne renferme pas les mystères suprêmes. Et s’ils se révèlent dignes d’accéder au grade ultime, nous leur révèleront le terrible principe qui gouverne tout notre édifice : rien n’est vrai, tout est permis ! »

Notre bonheur ne repose sur rien de solide

« Ce ne sont point les choses en elles-mêmes qui nous rendent heureux ou malheureux, rêvait Hassan à voix haute, tandis que ses deux amis l’observaient, allongés sur les coussins… mais seulement l’idée que nous nous en faisons, et les fausses certitudes dont nous nous flattons. L’avare cache son trésor dans quelque endroit ignoré de tous : il simule la pauvreté en public mais jouit en secret de se savoir riche. Un voisin découvre la cachette et lui prend son trésor… Cela empêche-t-il le ladre de jouir de sa richesse tant qu’il n’a pas découvert le vol ? Et si la mort le surprend avant qu’il ait eu vent de son infortune, il rendra le dernier soupir avec l’heureux sentiment de posséder le monde ! Il en ainsi de l’homme qui ne sait pas que sa maîtresse le trompe. S’il ne le découvre pas, il continuera de goûter en sa compagnie des instants exquis. Supposons maintenant que son épouse chérie soit la fidélité même, mais que des lèvres mensongères parviennent à le persuader du contraire… il subira les tourments de l’enfer. Ce ne sont donc ni les choses ni les faits réels qui font le départ entre notre bonheur et notre malheur, mais seulement les représentations que nous propose notre conscience vacillante. Chaque jour nous révèle à quel point ces représentations sont mensongères et trompeuses. Notre bonheur ne repose sur rien de solide. Et combien peu justifiées sont souvent nos plaintes ! Quoi d’étonnant que le sage soit indifférent à l’un comme aux autres… et si seuls les rustres et les imbéciles peuvent jouir du bonheur ! »

Alamut et la secte des assassins. (Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol).

Influence sur la pop culture

La diffusion du roman Alamut et l’histoire de Hassan ibn Al-Sabbah, le Vieux de la Montagne, ont notamment inspirés la création du jeu vidéo Assassin’s creed. Ce dernier s’est non seulement vendu à plus de 160 millions d’exemplaires depuis la sortie du premier opus en 2007, mais n’a cessé de se décliner en livres, films, séries d’animation et même escapes game.

Assassin’s Creed Mirage : Trailer d’annonce [OFFICIEL] VF. (Comprendre le terrorisme avec Alamut de Vladimir Bartol).

Hakim Aoudia.

Notre note
filmotv
Nextstory
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor