Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon !
Dessins de presse Deligne Faujour Thomas Huchon Willem

Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon !

Vierzon

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Trois expositions, jusqu’au 12 mars, pour autant de lieux différents, des débats, des tables rondes et des conférences avec des auteurs, des journalistes, du 2 au 5 février 2023, c’est le programme des premières Rencontres du dessin de presse qui ont débuté cette semaine à Vierzon, en partenariat avec l’association Ça Presse.

Par Fabrice Simoes

Charlie Brown est au dessin de presse

ce que le Manneken-pis est à Bruxelles. Les deux petits bonhommes sont des références dans leurs domaines respectifs. Les humeurs du premier n’ont cependant rien à voir avec les changements de tenues du second, et encore moins avec la satire des Frustrés de Claire Bretécher ou les travers du Gros dégueulasse de Reiser. L’un comme les autres a pour but d’interpeller ses lecteurs, de présenter un regard critique sur la société, sur nos travers, sur nos excès, sur l’instant présent. Du dessin de presse à la BD, il n’y a qu’un pas que la plupart des auteurs ont franchi. Du gag à la critique de la société, il n’y a qu’un pas que la plupart des auteurs ont tout autant franchi…

Gros dégueulasse de Reiser (Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon). Crédit photo éditions Gallimard.

Durant plusieurs décennies,

au milieu du siècle dernier, les Vierzonnais, et les Berrichons en général, fidèles lecteurs du quotidien régional Le Berry Républicain, ont suivi avec intérêt les tribulations du Professeur Nimbus. Créé dans les années 1930, le bonhomme chauve et chaussé de lunettes rondes avait la particularité de n’avoir qu’un seul cheveu, en forme de point d’interrogation, sur la tête. Pas de message direct, pas de message subliminal non plus à travers les quatre images dessinées dans la presse berrichonne. Juste un trait d’humour sans conséquence. On était loin des idées nauséabondes des dessins originaux de son créateur de la fin des années 1930…

Les aventures su Professeur Nimbus crée par André Daix en 1934 (Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon). Crédit photo André Daix.

Et on ne retrouvera pas plus

l’antisémitisme du Professeur Nimbus de 1942 sur les murs des expositions vierzonnaises qui viennent d’être dévoilées en trois lieux différents. Sur les nombreux panneaux présentés par l’association Ça presse, ce sont d’autres valeurs qui sont mises en avant. En particulier la liberté d’expression et ce droit au blasphème qui, justement, n’existe pas en droit. D’autant que Ça presse est « une association qui a pour but l’éducation aux médias et aux dessins », a précisé son président néo-vierzonnais James Tanay par ailleurs boss d’Iconovox, une banque iconographique de plus de 50.000 dessins, qui gère les droits de près de 70 dessinateurs.

Affiche des Rencontres du dessin de presse de Vierzon organisés par l’association Ça Presse. (Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon). Crédit photo Ça Presse.

Trois expositions pour trois lieux différents

Vierzon vient de se voir attribuer le label 100 % Éducation artistique et culturelle et est la seule ville en Région Centre à l’avoir obtenu. Dans ce contexte, dans le cadre de l’espace Maurice-Rollinat, une douzaine de dessinateurs sont réunis. Sur le site de la place Jacques-Brel, une soixantaine de planches de Cambon, Deligne, Dubouillon, Faujour, Gros, Lacombe, Malingrëy, Pancho, Sié, Soph’, Soulcié, Willem et Wellis from Tunis, forme un parcours de la liberté dans le dessin. Concoctée spécialement pour Vierzon, l’expo a cependant déjà été déclinée autrement, depuis 2018, à Lyon.

Cette exposition participe à un « nouvel événement culturel, et engagé », Les Rencontres du dessin de presse. Des rencontres qui viennent compléter une offre déjà fournie dans la deuxième ville du Cher.

Les fake news et le complotisme, de nouveaux marqueurs de la société qui demandent à être expliqués.(Premières rencontres du dessin de presse à Vierzon). Crédit photo FS.

L’événement compte aussi

deux autres parties visuelles. Notes et dessins, est installé à la Décale, où un espace Charlie avait déjà été inauguré en 2018. Cette partie comprend une trentaine de panneaux illustrés de Faujour. Quant à la médiathèque Paul-Éluard, elle accueille, jusqu’au 25 février, les planches de Deligne pour son Bilan de santé dessiné. Parmi les objectifs avoués de ces rencontres vierzonnaises, « le traitement de l’information d’une manière positive et ludique », à l’heure des fake news.

À partir du 2 février, auteurs, dessinateurs, journalistes auront rendez-vous avec le public. Des conférences, rencontres, tables rondes et dédicaces, auront lieu. Là interviendront les dessinateurs Deligne et Faujour, et le journaliste Thomas Huchon.

Notre note
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor