Irlande : au pays des lacs !
Réserver vol Réserver hôtel Les meilleurs endroits à visiter en Irlande Irlande (livres)

Irlande : au pays des lacs !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Quand vous aurez tout vu en Irlande, du Connemara au Wicklow, de la Dingle au Kerry, il vous restera la région des Lakelands, au centre de la République d’Irlande. Ici, loin des touristes, les plus blasés retrouveront l’esprit celtique d’autrefois où la façon de vivre à l’irlandaise semble sortir tout droit de l’un des premiers films de Ken Loach. Escapade au pays de Saint Patrick, dont c’est la fête dans 24 heures…

Par Anne-Marie Minvielle

Il faut se hâter, car les fans de ce pays merveilleusement romantique doivent s’isoler de plus en plus sur les petites routes étroites et cahotantes : une conduite à gauche redoutée et plutôt rapide qui demande à se concentrer.

L’humour anglais, pardon irlandais, est sans doute l’auteur de ces pancartes surréalistes interdisant les 100 km à l’heure. Quel fou pourrait en faire plus de 50, bloqué par un tracteur ou un cycliste inconscient ? En tenir compte pour la moyenne quotidienne.

Le centre de l’Irlande

Les Lakelands s’étendent du sud au nord sur le Shannon, plus long fleuve des îles britanniques avec 386 km, déjà mentionné par le géographe romain Ptolémée. Il traverse plusieurs grands lacs, délimitant une frontière naturelle entre l’est et l’ouest du pays. Au croisement des voies commerciales et fluviales, dans un paysage campagnard de forêts, de tourbières et de prairies, paissent des brebis black faces et des vaches rustiques rousses, noires et blanches, grises ou blanches suivant leurs fonctions laitières ou viandeuses. Les Lakelands sont riches en vestiges celtiques et monastiques, les premiers ermites s’y étant installés avant d’avancer vers la sauvage côte ouest.

La région des Lakelands. Irlande : au pays des lacs !

La région se parcourt à pied,

en suivant le balisage marqué du Yellow man, petit homme jaune, en vélo, mais surtout en bateaux de toutes sortes. De multiples croisières, de la vedette rapide et maniable au bateau confortable, se louent sur ces lacs immenses qui ressemblent à des mers. On peut entrecroiser ces traversées lacustres avec les waterways qui suivent plus lentement les canaux reliant Dublin à la côte ouest.

Côté faune, les cervidés des rives forestières s’ajoutent aux innombrables oiseaux migrateurs. Châteaux et monastères, le paysage de l’Irlande sur l’eau douce, est d’un calme absolu.
Petit détail, les hôtels de toutes catégories sont nombreux, bien autant que les B and B (bed and breakfast), ce qui est à souligner en comparaison aux autres comtés.

Que faire dans les Lakelands ?

Voici quelques idées à choisir, en remontant les Lakelands autour de scones servis avec de la crème fouettée clotted cream, de la confiture de framboise et de délicieux gâteaux maisons dans les innombrables tea rooms de la région. Le soir, la pinte de Guinness sera méritée !

Lough Derg :

Le lac Derg (118 km2) est une véritable mer intérieure où l’on embarque depuis le sympathique port de Killaloe. Ses rives deviennent vite sauvages et se transforment en montagne à Mountshannon. Des centaines de cygnes et de hérons, ainsi que le rare aigle à queue blanche réintroduit récemment, se croisent dans les roselières. La Holy Island est une excursion recommandée lorsque le temps le permet depuis Podumna, pour son très ancien sanctuaire celtique et sa tour ronde faisant encore l’objet d’un pèlerinage national. Les redoutables Vikings ne sont toujours pas oubliés sur ce lac où l’un des premiers rois irlandais, Brian Boru au Xe siècle, vécut ses premières victoires ! Les ruines de châteaux forts envahis de lierre, les fermes et les maisons cosys blanches habitent l’horizon de ses rives verdoyantes ainsi que les équipements sportifs et nautiques discrètement colorés.

Le sanctuaire de Saint-Patrick dans le Lough Derg. Irlande : au pays des lacs !

Au nord, du lac Derg,

à Portumna, visitez le Irish Workhouse Centre. Ces sinistres Maisons des Pauvres furent exploités par le gouvernement anglais à la suite de la famine du XIXe s. Une expérience émouvante devant les paillasses, en écoutant les conditions déplorables de ces familles irlandaises séparées par sexes et par âges pour mieux travailler, sinon mourir de faim… Un site impressionnant restauré dans son ambiance.

Le Irish Workhouse Centre. Irlande : au pays des lacs !

Birr :

Aux portes des Lakelands : à l’est du Shannon, en sortant de l’autoroute qui traverse le pays, Birr Castle propose un château XIXe siècle dans le plus pur style néo-gothique anglais. Les très smart comte et comtesse Parsons semblent sortir d’une carte postale des temps anciens en vous accueillant dignement dans leur magnifique jardin, l’un des dix plus beaux en Europe. Les magnolias centenaires dominent les collections de plantes botaniques du Chili et de Chine. Souvenir de leurs ancêtres scientifiques, un gigantesque télescope, le Léviathan, trône depuis 1843 au milieu des pelouses d’un vert irréprochable. Il illustre l’histoire de cette famille qui a fréquenté, entre autres, notre photographe français Daguerre au XIXe siècle.

« Les Chinois investissent beaucoup dans les Lakelands », informent notre guide Martin. En est la preuve, ces délicieux ice-cream à base de crème de vache irlandaise qui ont envahi le comté. Un projet gouvernemental ne prévoit-il pas de faire venir des Chinois pour réveiller l’économie locale ?

Le Birr Castle. Irlande : au pays des lacs !

Lough Boora :

Remontant toujours vers le nord, le Shannon croise de nombreux canaux nécessaires à ce paysage noir de tourbières et aux prairies inondables de la région. Les bruyères et les genêts d’or foisonnent sur les landes.

Arrêt à Ballynahown pour une tasse de thé mémorable au Craft Village Studio, agencé dans l’ancienne école de ce minuscule village. Un mélange fleuri de gâteaux maisons, d’antiquités et d’artisanat où la maîtresse des lieux partage sa passion des Wood Bog, ces bois millénaires et allégés par la tourbe qu’elle va chercher elle-même. If clair et chêne foncé se polissent et se sculptent dans son atelier.

La tourbière du Lough Boora, classée en réserve naturelle, est toute proche. Une occasion pour la parcourir en vélo ou à pied et découvrir dans un décor qui mérite le soleil, des sculptures parfois incongrues, réalisées par d’anciens tourbiers et artistes.

Ne soyez donc pas étonner de croiser au détour des sentiers balisés, un train de chariots symboliques et abandonnés ou des troncs d’arbres échevelés de toute beauté. À leurs pieds, des plantes carnivores droseras ou des canards gourmands ajoutent à cette ambiance irlandaise où il ne manque plus que les feux-follets.

Le train de chariots abandonnés de Lough Boora. Irlande : au pays des lacs !

Lough Ree :

Droit vers le nord, une route étroite et campagnarde, nationale pour l’Irlande, remonte vers le lac Ree et Athlone, traversant le Grand Canal venu de Dublin. N’oublions pas qu’autrefois, les transports se faisaient par eaux fluviales…

A 20 km au sud d’Athlone, sur les rives du Shannon, Clonmacnoise se visite pour son ancien site monastique où les croix celtiques et les tours racontent sa création en l’an 548 par saint Ciaran. Il est situé exactement au croisement des axes commerciaux nord-sud du Shannon avec la route est-ouest traversant l’Irlande de Dublin à Galway.
Athlone, port fluvial sur le Shannon, est défendu par un château-musée (XIII°s). Un shopping endormi, des pubs, des hôtels, et surtout un port d’embarquement assurent une ambiance sereine pour l’Irlandais d’eau douce ou le pêcheur averti. Nous sommes véritablement au centre de l’Irlande ou Midd Shannon. Au sud-est du lac, le Royal Lough Ree Yatch Club se veut être le plus ancien club au monde, créé en 1770.

Lough Ree : Clonmacnoise. Irlande : au pays des lacs !

Une balade en vedette rapide permet alors de naviguer entre les innombrables îles du lac Ree (105 km²), contournant les roseaux et les chênes centenaires. Sur l’une de ces îles, le casque d’or Viking du terrible Turgesius, a même été retrouvé. Isolé au milieu des arbres, un célibataire endurci a remplacé les ermites, faisant fantasmer bien des Irlandaises… Mais comme dira le capitaine, il faut des moyens pour habiter seul ici : bateau, groupe électrogène, etc., rien à voir avec le Frère Ciaran, même si l’on pêche l’anguille et le saumon !

Vous en avez pris goût et avez encore du temps ? N’hésitez pas ensuite à remonter le fleuve, vers les petits et sauvages Lough Allen, Key et Erne, chantés par Oscar Wilde et, pourquoi pas, jusqu’à la source du Shannon, à Shannon Pot (Derrylahan) à quelque 4 kilomètres de l’Irlande du Nord.

Notre note
filmotv
Nextstory
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor