array(0) { } bool(false) bool(false) L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot - CulturAdvisor
L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot
Billetterie Studio Hébertot Jean Cocteau (livres) Jean Cocteau (films) Jean Cocteau (musique)

L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot

Paris

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot : une reine manipulatrice prise entre un poète anarchiste occidental et les intrigues d’une cour japonaise, Paul Goulhot transpose la pièce de Jean Cocteau dans une ambiance biculturelle surprenante dans laquelle on se laisse agréablement embarquer.

Par Guillaume d’Azemar de Fabregues

Sur la scène, une table est dressée, dans un petit salon au mobilier asiatique. Félix… Vous êtes un maladroit. Alors ? Vous ne savez même plus mettre une bûche ?

L’Aigle à deux têtes est une pièce de Jean Cocteau,

l’histoire d’une reine qui attend la mort depuis dix ans, dans le souvenir du roi, assassiné le matin de leurs noces. Au soir de ces dix ans, un poète anarchiste s’infiltre dans le château pour la tuer. Il est le sosie du roi, il a écrit un poème qu’elle a fait diffuser, la vie reprend ses droits, un amour impossible naît. Il voudrait qu’elle reprenne sa place sur le trône, elle voudrait qu’ils s’enfuient ensemble, deux options qui déplaisent à la cour et à la police. Dans un élan shakespearien, il va devenir l’instrument de leur destin commun.

L’aigle à deux têtes de Jean Cocteau. (L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot).

Paul Goulhot transpose l’action,

qu’on imagine se tenir en Bavière, en Hongrie ou en Autriche, dans un univers japonisant, en s’appuyant sur une distribution dont la langue maternelle n’est pas toujours le français. Il mélange les codes du théâtre occidental et ceux qu’on imagine inspirés d’un théâtre japonais, opposant la mesure fluide de Jérémy Brige aux postures amplifiées de Bounsy Luang Phinith, sous la férule de Huifang Liu, reine perdue, cruelle et manipulatrice. Une reine qui se retrouve coincée entre l’amour d’un poète français et le code d’honneur d’un samouraï, qui fuit la vie dans un amour impossible.

L’Aigle à deux têtes au Studio Hébertot.

La pièce prend son temps, installe un théâtre biculturel qui prend par surprise, où les gestes et les postures pourraient se suffire à eux mêmes, qui embarque le spectateur dans les méandres de la sincérité de la reine.

Notre note

Commentaires

0

Ajouter un commentaire


Fermer le menu