Pascale Rossler, sa nouvelle vie d’auteure tout en transition…
Révélez votre nature! Pascale Rossler Écologie Écologie intérieure Écologie environnementale

Pascale Rossler, sa nouvelle vie d’auteure tout en transition…

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Désormais installée dans le Gard avec son compagnon Eric de Kermel, journaliste, auteur et directeur de Bayard Nature et Territoires, l’ancienne vice-présidente de la Région Centre-Val de Loire déléguée à la Biodiversité, et conseillère du président de la Commission développement durable à l’Assemblée nationale, vient de publier son premier ouvrage, Révélez votre nature ! (Ed. Vuibert).

Propos Recueillis par Estelle Boutheloup

Magcentre. Vous avez quitté le Conseil régional en 2015 et Orléans fin 2019 : que devenez-vous ?

Pascale Rossler : Je vis aujourd’hui dans le Gard, au cœur de la nature au nord d’Uzès, dans une ancienne bergerie en Zone Natura 2000. Un petit village où je suis en charge de l’environnement et de la biodiversité. Je ne m’étais pas représentée volontairement dans mes missions car je voulais accompagner les transitions écologiques dans une approche plus globale qui lie changements intérieurs et psychiques. Un accompagnement aux transitions pour les particuliers, mais j’ai aussi développé une offre entreprise avec un parcours « Re-choisissez-vous pour le meilleur et pour un monde meilleur » : un lien entre l’intérieur, le respect de soi, de l’autre et de la terre.

Transition écologique, comment changer de vie ? Re-choisissez-vous pour bâtir un monde meilleur. (Pascale Rossler, sa nouvelle vie d’auteure tout en transition…).

Révélez votre nature ! est donc votre premier ouvrage. Quel a été le déclic pour écrire ce livre ?

Mon positionnement coaching et notre conditionnement dont il faut sortir. C’est un peu comme un « coming out » : pendant le confinement j’ai créé une offre qui lie trois écologies – intérieure, relationnelle et environnementale – et un éditeur m’a proposé d’écrire un livre. Un livre, qui se lit comme un parcours initiatique, avec des exercices pratiques à faire pour comprendre les interactions entre nos pensées, nos représentations, nos émotions et nos actions, les uns influençant les autres. Parallèlement, j’ai lancé des ateliers de reconnexion à la nature et à notre sensibilité pour réhabiliter les ressentis à travers les sensations corporelles, les émotions et les intuitions, de telle sorte à sentir ce lien et cette interdépendance au vivant.

Présentation du livre « Révélez votre Nature », sortie le 24 janvier 2023. (Pascale Rossler, sa nouvelle vie d’auteure tout en transition…).

Vous parlez de trois écologies… Que voulez-vous dire ?

L’écologie intérieure correspond à cette aptitude à être en cohérence avec soi-même. Prendre conscience que la crise écologique est une crise de la sensibilité. Nous sommes conditionnés, par notre héritage, à des normes sociales, éducatives et générationnelles. Un moule où nous avons sur-valorisé notre intellect au détriment de nos ressentis. Ce qui a entraîné une banalisation de l’état de la terre et des effets de notre modèle. Il y a aujourd’hui une forme de résignation, d’acceptation qui est devenue une norme collective. Mais nous n’avons pas de cap qui donne de l’espoir. Notre prospective collective, ce sont les rapports du GIEC plus alarmants les uns que les autres, alors que l’on peut changer par des initiatives locales enthousiasmantes. Il y a un déni par rapport à l’éco-anxiété liée à l’état de la terre. Et nous ne savons pas trop comment en parler. Or l’accueil de cette éco-anxiété est nécessaire pour agir.

L’écologie relationnelle, elle, est nécessaire pour que nous reprenions nos responsabilités et retrouvions enthousiasme, espoir et engagement. Qu’est-ce que j’incarne et j’inspire à mes relations ? Comment je me soucis du monde, qu’est-ce que je cautionne et comment j’y contribue ? Il faut donner un modèle positif.

Enfin, l’écologie environnementale, c’est l’homme libéré des normes, des injonctions qu’il ne subit plus. L’homme qui choisit des transitions de vie et qui les assume. Le modèle descendant unique est périmé. Des choses remontent mais il n’y a ni cap, ni leader…

Aujourd’hui, la transition prend la forme d’initiatives multiples : c’est comme cela que l’on prépare un collectif et que l’on bascule avec ou sans rupture, avec ou sans drame, selon notre capacité à prendre nos responsabilités.

Notre note

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor