array(0) { } bool(false) bool(false) Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique ! - CulturAdvisor
Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !
Réservez train Réservez hôtel Réservez Billets Achetez Châteaux de la Loire (livres) Achetez livres Touraine

Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Situé en pleine Touraine, dans le département d’Indre-et-Loire et la région Centre-Val de Loire, la visite du château du Rivau est incontournable, une parenthèse féérique sur le chemin des châteaux de la Loire. Facilement accessible, à 15 minutes de Chinon et 50 minutes de Tours, cette forteresse construite au XIIIe siècle et ses jardins attenants semblent tout droit sortis d’un conte de fées.

Un peu d’histoire

Le Rivau est d’abord une maison forte, au XIIIe siècle. Ainsi, son positionnement stratégique, dominant la vallée de la Vienne et de la Veude, en fait un pôle économique et défensif de la Touraine.

En 1429, Jeanne d’Arc s’y arrête car elle est réputée pour ses écuries et la qualité de ses destriers. Elle y cherche des chevaux de combat, avant de rejoindre le siège d’Orléans.

Jeanne d'Arc (miniature, entre 1450 et 1500) - Archives nationales (Wikimedia Commons/domaine public). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Jeanne d’Arc (miniature, entre 1450 et 1500) – Archives nationales (Wikimedia Commons/domaine public). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).

En 1438, Annette de Fontenay épouse Pierre de Beauvau, conseiller-chambellan du roi Charles VII. Et apporte les seigneuries du château du Rivau en dot. Celui-ci obtiendra, en 1442 pour ses bons et loyaux services, l’autorisation royale de reconstruire le château. « de faire fortifier son hôtel, et d’y faire fossés, murailles, créneaux, arbalétrier, canonnières, tours ». Mais également, d’y installer une garnison commandée par un capitaine. « sans interruption des autorités de la forteresse de Chinon ». Enfin, celui-ci sera placé sous la suzeraineté directe du roi ; véritable privilège royal.

Son descendant, François de Beauvau, y ajoutera des écuries monumentales, en 1510. Tandis que son successeur y construira une bâtisse d’inspiration renaissance, vers 1550.

Il échappe de peu au démantèlement

À la même époque, François Rabelais le fait offrir par Gargantua à son capitaine Tolmère. Il s’agit là d’une récompense pour les victoires obtenues aux guerres Pichrocolines.

Portrait anonyme de Rabelais exposé au château de Versailles. Cette représentation est inspirée de celle de Léonard Gaultier (Chronologie collée, 1601) et de la gravure présente dans l'édition de ses œuvres de François Juste en 1542. (Wikimedia Commons/domaine public). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Portrait anonyme de Rabelais exposé au château de Versailles. Cette représentation est inspirée de celle de Léonard Gaultier (Chronologie collée, 1601) et de la gravure présente dans l’édition de ses œuvres de François Juste en 1542. (Wikimedia Commons/domaine public). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).

Au grand siècle, il est épargné par Richelieu, grâce à l’intervention de sa sœur Françoise. Cette dernière est mariée à Jean de Beauvau et le cardinal souhaitait démanteler tous les châteaux près de l’actuelle ville de Richelieu. Ainsi, il pouvait récupérer les pierres qui serviraient à construire sa propre ville.

Triple portrait du cardinal de Richelieu, par Philippe de Champaigne. (Londres, National Gallery, c. 1642). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Triple portrait du cardinal de Richelieu, par Philippe de Champaigne. (Londres, National Gallery, c. 1642). (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).

Cependant, les Beauvau quittent la Touraine en 1693, après y avoir régné pendant près de 247 ans. Ainsi, les propriétaires se succèdent avant qu’il ne soit abandonné au XIXe siècle.

À la fois, forteresse médiévale à l’extérieur et château de la Renaissance à l’intérieur, il est classé monument historique en 1918.

Racheté, en 1992, par la famille Laigneau, il retrouve son lustre d’antan, au bout de longs travaux de rénovation, pour une réouverture au public en 2000.

Vue de la façade du château du Rivau depuis le conservatoire des légumes. Crédit photo Wikimedia Commons. (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Vue de la façade du château du Rivau depuis le conservatoire des légumes. Crédit photo Wikimedia Commons. (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).

Des jardins remarquables

Créés par Patricia Laigneau, propriétaire des lieux, 14 jardins classés Jardins Remarquables par le ministère de la Culture entourent le château.

Conçus sur le thème du conte de fées et du merveilleux, on passe du Labyrinthe d’Alice, à la Cabane de l’ogre et au Potager de Gargantua.

Sans oublier Le Royaume des Roses, contenant 495 variétés rares avec plus de 1600 pieds, labellisé conservatoire de la rose parfumée.

Le damier de roses dans la cour intérieure du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau. (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Le damier de roses dans la cour intérieure du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau. (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).

Un parcours dédié à l’art contemporain

Dispersées dans les jardins, 20 pièces monumentales d’art contemporain viennent agrémenter la visite. Il y a la la taupe géante de Ghyslain Bertholon, le godillot surdimensionné d’Amy O’ Neill, les énormes bottes de sept lieues de Lilian Bourgeat ou le verre à saké coquin de Nicole Tran Ba Vang.

Le château possède également une collection d’œuvres allant du Moyen Âge à l’époque contemporaine, qui sont exposées dans ses salles.

Les énormes bottes de sept lieues de Lilian Bourgeat, dans les jardins du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau. (Visite du château du Rivau : une parenthèse féérique !).
Les énormes bottes de sept lieues de Lilian Bourgeat, dans les jardins du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau.

Un site touristique

Enfin, le site propose des chasses au trésor et des costumes pour les enfants, un Garden Escape Game, un hôtel 4 étoiles, un salon de thé, un restaurant locavore, un restaurant gastronomique, des séminaires d’entreprises et des expositions.

Un lieu magique à ne surtout pas rater.

Vue aérienne du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau.
Vue aérienne du château du Rivau. Crédit photo château du Rivau.

À découvrir en famille

La visite du château du Rivau convient parfaitement aux enfants à partir de 10 ans.

En effet, celle-ci peut tout à fait s’inscrire dans le prolongement des programmes de l’Éducation nationale :

  • Au temps de la guerre de cent ans fait partie du programme d’Histoire du CM1,
  • La Renaissance fait partie du programme d’Histoire et géographie du CM1,
  • Le Moyen Âge fait partie du programme d’Histoire de 5ème,
  • Les arts plastiques et l’histoire des arts font partie des programmes du collège. 

Soutenez-nous

Nous vous encourageons à utiliser les liens d’affiliation présents dans cette publication. Ces liens vers les produits que nous conseillons, nous permettent de nous rémunérer, moyennant une petite commission, sur les produits achetés : livres, vinyles, CD, DVD, billetterie, etc. Cela constitue la principale source de rémunération de CulturAdvisor et nous permet de continuer à vous informer sur des événements culturels passionnants et de contribuer à la mise en valeur de notre culture commune.

Rosa Tandjaoui.

Notre note

Commentaires

0

Ajouter un commentaire


Fermer le menu