Film documentaire : Bye Bye Tibériade
Regardez sur Canal+ Regardez sur Filmo tv Achetez Lina Soualem (DVD) Achetez Hiam Abbass (DVD) Achetez Algérie (livres) Achetez Palestine (livres)

Film documentaire : Bye Bye Tibériade

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Lina Soualem continue à raconter sa famille !

Lina Soualem continue sa documentation familiale. Une famille prestigieuse puisque sa mère est la grande actrice Hiam Abbass. Palestinienne exilée pour réaliser ses ambitions, elle est retournée avec sa fille dans la maison familiale pour raconter ses origines. Bye Bye Tibériade complète ainsi la recherche de Lina Soualem, qu’elle avait commencée avec Leur Algérie. Film documentaire : Bye Bye Tibériade, Lina Soualem continue à raconter sa famille !

Par Bernard Cassat (MagCentre)

En octobre 2021, Les Carmes et l’Asla avaient proposé le film de Lina Soualem intitulé Leur Algérie

Elle y racontait sa famille paternelle, les Soualem, kabyles originaires d’un petit village près de Sétif. Ses grands-parents étaient venus en France au début des années 50, à Thiers (Puy-de-Dôme). Mabrouk Soualem a travaillé toute sa vie dans la coutellerie. Aïcha Soualem s’est totalement intégrée à la vie française sans le vouloir. Elle pensait toujours retourner au pays. L’un de leurs enfants, Zinedine Soualem, le père de Lina, né à Thiers, est devenu mime puis acteur. Lina avait construit un film de reconstitution de cette histoire, de ces histoires de vies dont les récits par les acteurs eux-mêmes laissaient des blancs. Avec des documents visuels retrouvés, elle avait complété ces manques.

Leur Algérie de Lina Soualem – Bande-annonce (2021). (Film documentaire : Bye Bye Tibériade, Lina Soualem continue à raconter sa famille !).

Dans son nouveau film, Bye bye Tibériade, elle raconte cette fois-ci sa famille maternelle

Car elle est la fille de Hiam Abbass, grande actrice palestinienne que l’on a vue dans de nombreux films importants du monde arabe, et pas seulement : Satin rouge, de la Tunisienne Raja Amari, où elle est danseuse du ventre, mère d’un kamikaze dans Paradise Now de Hany Abu-Assad puis chez Eran Riklis dans Les Citronniers.

Mais c’est surtout la vie privée de sa mère et celle de la famille qui intéressent Lina. Elle parcourt une fois de plus les trajets de ces générations de femmes palestiniennes ancrées au bord du lac de Tibériade. A partir de nombreux récits, documents audiovisuels ou photos, elle évoque la puissante énergie de sa mère qui a toujours voulu s’échapper de cette réalité, de cet endroit perdu pour devenir actrice, dans des années où cela, pour une femme arabe, n’était franchement pas courant. Mais sans jamais couper totalement ses racines, puisqu’elle est revenue souvent avec Lina voir les siens dans la maison de Deir Hanna.

Bye Bye Tibériade – Bande annonce. (Film documentaire : Bye Bye Tibériade, Lina Soualem continue à raconter sa famille !).

Qui porte déjà en soi une tragédie

L’arrière-grand-père de Lina s’est alors effondré, terrassé par la perte de sa maison de la ville de Tibériade, dont les forces anglaises ont évacué la population palestinienne en avril 48. C’est à Deir Hanna que sa grand-mère Neemat a élevé ses neuf enfants, dont Hiam. C’est d’ailleurs sur les lieux mêmes que Lina pose sa caméra. Sa mère et ses tantes qui sont là racontent aujourd’hui le passé. La grand-mère est décédée, mais des photos et des films familiaux permettent de la faire revivre. Il y a même des photos réunissant quatre générations de femmes, Lina étant bébé. Bains dans le lac dans les bras de sa mère, visites dans la famille. Et surtout Lina interroge sa mère. Hiam raconte avec une certaine réticence, une certaine distance. La douleur est là. Parce que si sa vie professionnelle est réussie, c’est au prix d’un arrachement tragique, qui a laissé de profondes cicatrices.

Lina Soualem et Hiam Abbass : « Faire exister l’humanité du peuple palestinien ». (Film documentaire : Bye Bye Tibériade, Lina Soualem continue à raconter sa famille !).

Une douleur sourde, celle de l’exil

Lina arrive à faire dire à sa mère toute la douleur de son départ. Qui avait un aspect formidable, enthousiasmant, puisqu’elle prenait sa vie en main et cherchait à se réaliser. Mais aussi une grande tristesse de quitter les siens. Partie à Haïfa pour des études de photos, puis à Londres, puis à Paris où elle s’installe définitivement avec son mari français, elle reste très modeste sur sa carrière. Qui pourtant est brillante et internationale. En témoigne sa participation, il y a peu, à la série Succession de HBO.

SUCCESSION, la série qui fait la course au pouvoir. (Film documentaire : Bye Bye Tibériade, Lina Soualem continue à raconter sa famille !).

Ce travail de documentation familiale de Lina Soualem est remarquable

Sa famille, autant la branche palestinienne qu’algérienne, a vécu le XXe siècle dans toute sa richesse, ses contradictions et ses drames. Le drame palestinien est plus brûlant que jamais. Hiam comme Lina refusent en ce moment d’en parler. Tant elles ont la gorge serrée. Depuis 80 ans, les fils tissés à travers la Méditerranée aboutissent à une personne, Lina, qui en racontant son histoire, nous raconte une facette de l’Histoire de France. Son travail documentaire ne perd pas une miette de ce qu’il peut récolter. Et c’est finalement de nous que parlent aussi ces deux films.

« Bye Bye Tibériade » : Lina Soualem à la recherche de ses origines palestiniennes.

Soutenez-nous

Nous vous encourageons à utiliser les liens d’affiliation présents dans cette publication. Ces liens vers les produits que nous conseillons, nous permettent de nous rémunérer, moyennant une petite commission, sur les produits achetés : livres, vinyles, CD, DVD, billetterie, etc. Cela constitue la principale source de rémunération de CulturAdvisor et nous permet de continuer à vous informer sur des événements culturels passionnants et de contribuer à la mise en valeur de notre culture commune.

Notre note
filmotv
TickeTac
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor