Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !
Achetez Les parts oubliées Achetez Trust Achetez Glory Achetez Ceux qui ne Meurent Jamais Achetez La Cité de la Victoire

Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

La rentrée littéraire est de retour, avec son lot de nouveautés et de surprises. Pour vous aider à faire votre choix, nous vous proposons une sélection de cinq romans étrangers qui devraient retenir votre attention. Meilleurs livres de la semaine : voici notre sélection spéciale rentrée littéraire étrangère !

Les Parts Oubliées de Charmaine Wilkerson aux éditions Buchet Chastel

Byron et Benny sont frère et sœur, et vivent en Californie. Conscients de leurs origines caribéennes, ils évoquent avec affection le pays de leurs parents, bien qu’ils n’y aient jamais mis les pieds. Ainsi, le fameux gâteau noir confectionné par leur mère, réservé aux occasions spéciales, a marqué leur enfance de manière indélébile. Après le décès de cette dernière, ils se réunissent pour la lecture de son testament, prévoyant de partager le dernier gâteau noir qui repose au congélateur, symbole de leur histoire familiale. Ce moment les pousse à affronter leur passé, tout en écoutant l’enregistrement vocal de leur défunte mère, qui raconte son histoire. Un récit qui révèle des épreuves qu’ils n’ont jamais soupçonnées, éclairant le passé de leurs parents et suscitant des questionnements sur leur propre avenir.

Voilà un premier roman qui se déroule sur trois continents et trois générations. Une bouleversante histoire de résilience et de courage. Mais également une quête d’identité qui explore les thématiques de l’origine, de la filiation et de la transmission.

Au final, Les Parts Oubliées de Charmaine Wilkerson est un roman qui nous invite à réfléchir sur notre propre histoire. Il nous rappelle que nos origines façonnent nos vies, même si nous les ignorons ou les rejetons.

Booktrailer « Les parts oubliées » Charmaine Wilkerson – Buchet Chastel. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Extrait

« Un gâteau noir. Byron se surprend à sourire. Leurs parents se découpaient un morceau du gâteau chaque année à leur anniversaire de mariage. Ce n’était pas le gâteau de mariage d’origine, disaient-ils. Leur mère en cuisinait un nouveau tous les cinq ans environ, plus petit, et le mettait au congélateur. Pour autant, insistait-elle, vu la quantité de rhum et de porto utilisée, n’importe quel gâteau noir aurait facilement tenu toute la durée de leur mariage. Je veux que vous vous asseyiez ensemble et que vous partagiez ce gâteau. Vous saurez quand le moment sera venu. Benny pose sa main sur sa bouche. Je vous aime, Ma. Benny se met à pleurer. »

Les Parts Oubliées de Charmaine Wilkerson aux éditions Buchet Chastel. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Trust de Hernan Diaz aux éditions de L’Olivier

Voilà un roman extrêmement original qui se présente sous la forme de quatre récits, chacun raconté par un narrateur différent. Ces quatre chapitres racontent la même histoire, celle de Hermann Karlovich Rask, un magnat de la finance new-yorkais dans les années 1930. Le premier récit est celui d’un biographe qui tente de retracer la vie de Rask. Le deuxième est un manuscrit de Rask, qui raconte sa propre histoire. Le troisième raconte les coulisses de l’écriture de ce manuscrit, rédigé par Ida Partenza selon les indications de Rask. Et le quatrième récit est celui de Milred, l’épouse de Rask. Ainsi, chaque récit est une version différente de la même histoire, sans que l’on puisse dire laquelle est exacte.

Cette ambiguïté est au cœur du roman, qui explore les thèmes de la puissance de l’argent, de la nature de la vérité et de la façon dont elle peut être façonnée par le récit. Un véritable tour de force littéraire qui joue avec les conventions. Tout à la fois roman historique, policier et méta-fictionnel. Un roman virtuose qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

« Trust » d’Hernan Diaz , le grand roman sur Wall Street. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Extrait

« Au cours de la dernière semaine d’octobre 1929, quelques jours suffirent à la plupart des spéculateurs – du financier de haut vol dans le quartier des affaires de Manhattan à la femme au foyer qui boursicotait à San Francisco – pour passer d’agents de leur succès, imputable uniquement à leur propre flair et à leur implacable volonté, à victimes d’un système profondément faillible, voire corrompu, qui était à lui seul responsable de leur chute.« 

Trust de Hernan Diaz aux éditions de L’Olivier. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Glory de NoViolet Bulawayo aux éditions Autrement

Voici une œuvre littéraire d’une grande originalité qui plonge profondément dans les méandres de l’histoire tumultueuse du Zimbabwe. Ainsi, même si elle tisse des liens avec des faits réels, elle empreinte à la fable, évoluant dans un univers où règnent d’énigmatiques animaux. Là, il est inévitable de faire le parallèle avec la célèbre Ferme des Animaux de George Orwell, bien qu’elle explore des profondeurs bien plus abyssales.

Il s’agit, en fait, d’une satire politique mordante des régimes dictatoriaux africains. Mais également de l’influence néfaste de l’occident sur ce continent.

De plus, l’auteure adopte une approche narrative unique, mêlant récit, échanges de tweets et conversations. Une rupture avec les conventions littéraires traditionnelles qui apporte beaucoup de puissance au récit. Ajoutons à cela un habile dosage d’humour et de dérision pour alléger le ton sérieux du propos et laisser entrevoir l’espoir.

Portrait de l’écrivaine NoViolet Bulawago, autrice du livre « Glory ». (Nye Lyn Tho). (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Extrait

« Et la réponse à ma propre question, mes chers enfants,est que nous sommes sur le point de laisser un illustre héritage aux générations à venir. Sinon, si cet héritage était moins que ça, savez-vous ce que ça signifierait ? »Son Excellence marqua une pause afin d’observer intensément la foule.« Ça signifierait que la Révolution a été trahie ! Ça signifierait qu’il convient de mener une nouvelle guerre d’indépendance, oui, une nouvelle Libération, parce que c’est ce que vos ancêtres auraient fait et auraient aimé que vous fassiez, car qui a dit : “Chaque génération doit découvrir sa mission et la remplir ou la trahir” » ?« 

Glory de NoViolet Bulawayo aux éditions Autrement. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Ceux qui ne meurent jamais de Dana Grigorcea aux éditions Les Argonautes

Une jeune artiste, fraîchement diplômée, prend la décision de revenir dans sa Roumanie natale. En quelques années, tout a changé avec la chute du régime communiste de Ceaușescu. Cependant, le pouvoir reste entre les mêmes mains, laissant le népotisme perdurer. Suite au décès accidentel d’une grand-tante lors d’une randonnée, l’ouverture du mausolée familial révèle une étrange découvertes. Ainsi, parmi les tombes datant du quinzième siècle, se trouve potentiellement celle de Vlad Tepes, l’Empaleur, alias Dracula, curieusement transpercé par un pieu.

Avec Ceux qui ne meurent jamais, Dana Grigorcea jongle habilement avec le réalisme magique, brouillant les frontières entre le réel et l’imaginaire. De plus, elle plonge au cœur de la Roumanie contemporaine, toujours marquée par son passé communiste, tout en explorant la figure mythique du vampire.

Un magnifique roman imprégné d’une ambiance gothique, à lire absolument !

L’autrice suisse Dana Grigorcea présente Ceux qui ne meurent jamais, Les Argonautes. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Extrait

« Il s’avérait maintenant que nous descendions du prince le plus fameux du pays roumain. De fait, affirma-t-il résolument, le sceau gravé sur la pierre tombale, ce dragon victorieux, symbole de la chrétienté, ne pouvait appartenir qu’à un homme : ce prince audacieux sans lequel, comme le disait si bien Cioran, l’histoire de notre peuple ne serait qu’un vaste champ de moutons. Car seul Vlad l’Empaleur avait marqué – à coup de pieu précisément – l’histoire des Roumains. Avant et après lui, comme à présent, hélas, notre histoire n’était qu’un désert où la sottise le disputait au grégarisme.« 

Ceux qui ne meurent jamais de Dana Grigorce aux éditions Les Argonautes. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

La Cité de la victoire de Salman Rushdie aux éditions Actes Sud

L’histoire se déroule dans le sud de l’Inde au XIVe siècle. Pampa Kampana, une jeune fillette de neuf ans, est habitée par une déesse qui lui confie la mission de créer une ville utopique où les femmes seraient les égales des hommes. Celle-ci s’exécute et donne vie à Bisnaga, une ville idéale où règnent la paix et la prospérité. Mais, au fil des siècles, la ville se corrompt et perd de son éclat.

Immense fresque philosophique et politique, La Cité de la Victoire de Salman Rushdie empreinte au merveilleux et à la mythologie. Un grand roman, où l’auteur des Versets Sataniques adopte un point de vue féministe pour mieux analyser les idéaux utopiques et dénoncer le rapport des hommes au pouvoir.

Enfin, rappelons que derrière la fatwa qui le poursuit depuis plus de 30 ans, et la violente agression au couteau dont il a été victime, c’est la culture qui est visée. Ainsi que son immense capacité à diffuser les idées et toucher les cœurs et les esprits. Alors lisons Salman Rushdie, c’est le mieux que nous puissions faire !

Salman Rushdie à New York en mai 2023. Crédit photo Frank Franklin II/AP/dpa. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Extrait

« Au dernier jour de sa vie, alors âgée de deux cent quarante-sept ans, la poétesse aveugle, faiseuse de miracles et prophétesse Pampa Kampana acheva son immense poème narratif consacré à Bisnaga et l’enterra dans une jarre en argile scellée à la cire au cœur des ruines de l’Enceinte Royale, en guise de message adressé à l’avenir. Quatre siècles et demi plus tard, nous avons découvert cette jarre et lu pour la première fois l’immortel chef-d’œuvre intitulé le Jayaparajaya, ce qui signifie “Victoire et Défaite”, rédigé en sanskrit, aussi long que le Ramayana, composé de vingt-quatre mille vers, et nous avons appris les secrets de l’empire qu’elle avait cachés à l’histoire pendant plus de cent soixante mille jours.« 

La Cité de la victoire de Salman Rushdie aux éditions Actes Sud. (Meilleurs livres de la semaine : Spécial rentrée littéraire étrangère !).

Soutenez-nous

Nous vous encourageons à utiliser les liens d’affiliation présents dans cette publication. Ces liens vers les produits que nous conseillons, nous permettent de nous rémunérer, moyennant une petite commission, sur les produits achetés : livres, vinyles, CD, DVD, billetterie, etc. Cela constitue la principale source de rémunération de CulturAdvisor et nous permet de continuer à vous informer sur des événements culturels passionnants et de contribuer à la mise en valeur de notre culture commune.

Hakim Aoudia.

Notre note
filmotv
TickeTac
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor