Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !
Réservez Billets Achetez catalogue de l'exposition Achetez Actionnisme viennois (livre) Achetez Claude Monet (livres) Achetez Impressionnisme (livres)

Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !

Paris

Hakim Aoudia - Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

L’exposition « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie à Paris propose un hommage à l’artiste fondateur de l’Actionnisme viennois, décédé en 2022. L’exposition se concentre sur les dernières années de sa carrière, notamment influencée par « Les Nymphéas » de Claude Monet. Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !

Sous l’influence de thématiques religieuses

Hermann Nitsch, né le 29 août 1938 à Vienne, grandit et émerge dans le contexte historique, sociale et artistique si particulier de l’immédiate après Seconde Guerre mondiale. Ainsi et dès 1952, il suit les cours du sculpteur Karl Nieschlag, dont les orientations esthétiques prennent résolument leurs distances avec le modernisme ambiant. En effet, ce dernier rejette catégoriquement les préceptes du modernisme, notamment l’esthétique singulière d’Egon Schiele.

Son évolution artistique se déploie de manière concomitante à son apprentissage, s’articulant initialement autour de thématiques religieuses qui imprègnent ses œuvres de jeunesse. Dès lors, un intérêt manifeste pour la représentation de la crucifixion émerge dans son travail artistique. À cet égard, ses reproductions de maîtres tels que Le Greco, Titien ou Rembrandt, à l’âge de quinze ans, marquent un tournant significatif. À cette période charnière, Hermann Nitsch exprime sa vocation de peintre d’église, trouvant l’inspiration dans les œuvres de la Renaissance.

En parallèle, il approfondit sa formation à l’Institut graphique pédagogique et expérimental de Vienne. Puis intègre le Technische Museum en tant que designer graphique, où sa propension à la rigueur et à la méthode trouve un terreau favorable.

Hermann Nitsch, Kreuzigung nach Rembrandt, 1956. D'après Rembrandt, Les Trois croix, réalisée en 1653
Hermann Nitsch, Kreuzigung nach Rembrandt, 1956. D’après Rembrandt, Les Trois croix, réalisée en 1653. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

Un contexte particulier

Les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, encore présentes dans les esprits, ont un impact certain sur les pratiques artistiques de l’après-guerre. Celles-ci incarnent l’échec du rationalisme et d’une raison qui n’a pas réussit à éviter les conflits armées et autres massacres. Ainsi, Hermann Nitsch, comme de nombreux artistes, prône un retour radical à la réalité, suivi d’un quasi abandon de la peinture pour se tourner vers une pratique artistique du corps qui deviendra plus tard, au milieu des années soixante, l’art corporel.

En fondant l’Actionnisme viennois, en compagnie d’artistes tels que Günter Brus, Otto Mühl et Rudolf Schwarzkogler, Hermann Nitsch montre qu’il n’a plus foi en la société. Alors, il se tourne vers le corps, qui devient le lieu où se manifestent les émotions et les affects. Une œuvre qui s’inspire d’auteurs mythiques tels que Friedrich Nietzsche, Walter Benjamin, Le Marquis de Sade, Sigmund Freud, Antonin Artaud ou Georges Bataille.

Hermann Nitsch : Oedipus, 1990.
Hermann Nitsch : Oedipus, 1990. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

Le Théâtre des Orgies et Mystères

Dans la même veine, Hermann Nitsch créé, dès la fin des années 1950, le concept d’Orgien Mysterien Theater. Ces performances, qui se déroulent sur plusieurs jours, combinent art, musique et théâtre. Conçues comme des pratiques religieuses, rituelles et sacrificielles, elles explorent les thèmes de la vie, de la mort, de la résurrection et sont destinés à provoquer une réaction émotionnelle chez le spectateur, ainsi qu’à le confronter à la réalité de la violence. Souvent provocantes, elles impliquent du sang, des actes de mutilation, de flagellation, de sacrifice d’animaux et de la nudité. Autant d’éléments qui suscite le scandale et la controverse, faisant d’Hermann Nitsch un figure clivante de l’art moderne.

Orgies et rituels sacrificiels dans l’antre d’Hermann Nitsch | Tracks | ARTE. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

Le « dernier » Nitsch

Depuis longtemps fasciné par « Les Nymphéas » de Claude Monet, Hermann Nistch est invité en 2020, par le musée de l’Orangerie, à venir dialoguer avec cette œuvre majeure de l’un des fondateurs de l’Impressionnisme. Un tribu rendu à un peintre qu’il admirait par dessus tout : « Monet est pour moi l’un des plus grand peintres ayant jamais vécu. Il traçait son chemin dans l’exploration de la lumière, impitoyable. Il sembla dépassé par le postimpressionnisme, par Van Gogh, par les nabis, les fauves, le cubisme, la peinture abstraite, le suprématisme, jusqu’au moment où il les dépassa tous. Ils avançait vers la peinture informelle. Les expressionnistes abstraits commencèrent à admirer ses peintures de nénuphars. Les entrailles de la lumière devenaient visibles.« 

Hermann Nitsch, Sans titre, 13-19, 2019 (detail), Acrylique, 200x300cm © Courtesy Galerie RX et l’artiste
Hermann Nitsch, Sans titre, 13-19, 2019 (detail), Acrylique, 200x300cm © Courtesy Galerie RX et l’artiste. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

Sous l’influence des « Nymphéas » de Claude Monet

Même si Hermann Nitsch n’a jamais vraiment eu le temps de concrétiser ce projet, c’est ce travail réalisé à la toute fin de sa carrière, avec des toiles d’une grande vitalité, de plus en plus colorée, toujours étroitement liée à ses actes performatifs, que nous propose de découvrir l’exposition « Hermann Nitsch – Hommage » au musée de l’Orangerie. Comme il le disait si bien lui-même : « Dans mes performances, ma peinture expressive et religieuse est devenue un drame achevé, une dramaturgie analytique. Ce qui reste à voir, c’est une frénésie de couleurs et de formes qui s’impose bien au-delà de son contenu, comme les extases de couleurs des Nymphéas de Monet.« 

Une exposition à ne surtout pas rater et l’occasion de (re)découvrir les huit compositions des « Nymphéas » de Claude Monet, présentées dans deux grandes salles ovales, éclairées par des verrières, conformément à la volonté du maître de l’Impressionnisme.

Les Nymphéas : Les Nuages (détail) Vers 1915-1926 Huile sur toile, 200 x 1275 cm Musée de l’Orangerie - Salle 1, mur nord Photo © Musée de l’Orangerie, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy Boegly
Les Nymphéas : Les Nuages (détail) Vers 1915-1926 Huile sur toile, 200 x 1275 cm Musée de l’Orangerie – Salle 1, mur nord Photo © Musée de l’Orangerie, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy Boegly. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

À découvrir en famille

Si l’œuvre d’Hermann Nitsch n’est pas du tout adaptée aux jeunes publics, cette exposition, en particulier, convient parfaitement au enfants à partir de 10 ans. Elle constitue une occasion singulière d’explorer la convergence entre l’œuvre provocante et controversée de l’artiste contemporain Hermann Nitsch et l’héritage lumineux des « Nymphéas » de Claude Monet. Ainsi, elle permet aux jeunes visiteurs d’explorer la diversité des expressions artistiques, tout en contextualisant l’influence décisive de Claude Monet sur Hermann Nitsch. Une influence qui se révèle comme un fil conducteur, offrant une opportunité précieuse pour les enfants de comprendre l’évolution de l’art à travers les époques. En effet, l’exposition met en lumière la manière dont Claude Monet a influencé divers mouvements artistiques, jusqu’aux expressionnistes abstraits, et comment Hermann Nitsch, à la fin de sa carrière, a intégré cette influence dans des toiles empreintes de vitalité et de couleurs.

Une opportunité unique d’inciter les jeunes esprits à développer une appréciation riche et nuancée de l’art, tout en renforçant les compétences critiques qui sont cruciales dans leur éducation.

Hermann Nitsch. Hommage FR/EN. (Exposition : « Hermann Nitsch : Hommage » au musée de l’Orangerie !).

Soutenez-nous

Nous vous encourageons à utiliser les liens d’affiliation présents dans cette publication. Ces liens vers les produits que nous conseillons, nous permettent de nous rémunérer, moyennant une petite commission, sur les produits achetés : livres, vinyles, CD, DVD, billetterie, etc. Cela constitue la principale source de rémunération de CulturAdvisor et nous permet de continuer à vous informer sur des événements culturels passionnants et de contribuer à la mise en valeur de notre culture commune.

Rosa Tandjaoui.

Notre note
filmotv
Nextstory
Jet Tours

Commentaires

0

Ajouter un commentaire

Fermer le menu
DESTINATIONS AGENDA COMPTE
CulturAdvisor